CQFD
ce forum est desormais fermé
toute nouvelle inscription est impossible

je ne peux plus m'en occuper, et n'en ai plus la motivation sous cette forme disons
de plus beaucoup trop de liens sont mort et beaucoup de son contenu est obsolète a mes yeux
ce serait donc trop long de rectifier tout ça
je donnerai quelques conseils de temps autres si on me demande, depuis mon tumblr http://mylydy.tumblr.com/
merci a tous les participants qui ont contribué a son contenu (toujours accessible neanmoins)
merci a tout les modos et admin qui m'ont aidé a le faire se developper autant, ce fut une tres belle aventure!

tchao!
mylydy



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  Rechercher via GoogleRechercher via Google  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Miyazaki Starting Point : 1979-1996

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
kaze
Bienveillant_admin
Bienveillant_admin
avatar

Messages : 1371
Date d'inscription : 02/01/2011
Localisation : Toulouse

MessageSujet: Miyazaki Starting Point : 1979-1996   16/6/2014, 03:48

Je vais poster quelques interviews et paroles de Miyazaki ici :)

En fait je suis en train de lire un bouquin qui s' apeller Miyazaki : Starting Point . C' est un livre en anglais, traduit du japonais .
Il parle d' un peu tout, de sa vision de l' anim, de ce que doit etre une histoire, de sa façon de faire, etc.

Et j' ai décidé de traduire ça en français, mais j' avoue parfois c' est pas facile, et les phrases ont une logique assez particulières dans leur construction, c' est ptet dû justement à ce passage du japonais à l' anglais au français . (et puis bon, la langue japonais ça reste assez éloigné quoi ...)
En plus de ça, j' ai décidé de faire ça rapidement sans me prendre la tête, parce que ça prend du temps tout ça . Tout ceci pour dire que c' est de la traduction vraiment pas top . Sorry .
Si vous vous sentez de faire des corrections hésitez pas à éditer le message ou à proposer d' autres traductions ^^
Qui plus est, je traduis certains passages choisis, et c' est clair que pour vraiment comprendre le type, il vaut mieux avoir lu tous ses propos . A noter aussi que j' ai choisi des passages que je trouvaient intéressant pour moi . Mais c' est clair qu' il y a d' autres passages que j' ai pas traduits qui auraient pu interesser d' autres gens avec d' autres préoccupations (par exemple j' ai souvent zappé tout ce qui est animation pure, et « le milieu de l' anim au japon »)

Conclusion évideeente : si vraiment vous trouvez ça intéressant c' est évidement mieux d' aller lire le livre ^^




John Lasseter dans la préface de Starting Point de Miyazaki :

Spoiler:
 


Miyazaki
Avant de parler des techniques d' animation ...

Spoiler:
 






Ce que le scénario veut dire pour moi

Introduction

Spoiler:
 







Note kaze : Apres il y a un long passage, que j' ai pas trouvé nécessaire de traduire en entier, mais quand même intéressant à résumer :

Spoiler:
 


Une conclusion qui ne conclut rien


Spoiler:
 



Les scénarios d' animation


Spoiler:
 

- - - - - - - - - - - - - - -
gueublo   -   présentation sur le forum   -  facebook
Revenir en haut Aller en bas
http://kazeplop.blogspot.com
Garet
diamond post
diamond post
avatar

Messages : 336
Date d'inscription : 15/01/2011

MessageSujet: Re: Miyazaki Starting Point : 1979-1996   16/6/2014, 14:47

Pfiou merci beaucoup c'est super !
Par contre t'as pas fini si tu veux traduire ne serait-ce que les trucs les plus intéressants Surprised
Si je tombe dessus je veux bien t'aider ;)

Je l'ai pas trouvé en PDF, il est dispo pour 10-15 euros sur Amazon pour ceux que ça intéresse.
Revenir en haut Aller en bas
Sixtine
Bazingadmin
 Bazingadmin
avatar

Messages : 396
Date d'inscription : 07/01/2012
Age : 20
Localisation : Paname

MessageSujet: Re: Miyazaki Starting Point : 1979-1996   16/6/2014, 16:19

Génial, merci Kaze!
J'avais zieuté le livre sur Amazon et il me tentait bien, et après la pile de livre en attente sur ma table de nuit m'a convaincu d'attendre un peu ^^

- - - - - - - - - - - - - - -
http://sixtine-s.blogspot.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://sixtine-s.blogspot.com/
Sovelis
Paprikadmin
Paprikadmin
avatar

Messages : 3591
Date d'inscription : 12/01/2012
Age : 23
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Miyazaki Starting Point : 1979-1996   16/6/2014, 16:35

Yeah merci pour le thread! Ca va faire mon petit feuilleton théorique :) je lis ça quand on a fini notre exercice.

- - - - - - - - - - - - - - -
Tumblr, Twitter, Pinterest
The Polywave, C'est bien quand c'est court, Les Croqueurs
Revenir en haut Aller en bas
http://nathanotano.blogspot.fr/
kaze
Bienveillant_admin
Bienveillant_admin
avatar

Messages : 1371
Date d'inscription : 02/01/2011
Localisation : Toulouse

MessageSujet: Re: Miyazaki Starting Point : 1979-1996   16/6/2014, 18:21

Cool cool .
Ben apres oui c' est long, mais l' air de rien ça se lit vraiment rapidement et facilement (enfin bon par contre, y a un 2eme bouquin, avec tout ce qui date d' apres 1996 ^^") .
Et puis j ai une autre lecture à côté, mais justement je trouve ça agréable de pouvoir choisir, si j ai envie de lire une histoire ou si j ai envie de lire des trucs qui vont me faire reflechir .

- - - - - - - - - - - - - - -
gueublo   -   présentation sur le forum   -  facebook
Revenir en haut Aller en bas
http://kazeplop.blogspot.com
Tian
Raditz
Raditz
avatar

Messages : 717
Date d'inscription : 24/11/2012
Localisation : Empire du Milieu

MessageSujet: Re: Miyazaki Starting Point : 1979-1996   17/6/2014, 11:03

Je viens de lire, y a des passages qui sont super cools, merci pour tout ça et t'arrête pas surtout :D

- - - - - - - - - - - - - - -
Parfois, je trouve vraiment des trucs bizarres dans mon dez.


http://cqfd.bbfr.net/t974-presentation-tian
Revenir en haut Aller en bas
http://www.indisponibles.blogspot.com
AngeleSz
Eric
Eric
avatar

Messages : 129
Date d'inscription : 06/02/2014
Age : 22
Localisation : 59

MessageSujet: Re: Miyazaki Starting Point : 1979-1996   17/6/2014, 14:36

Méga top ! C'est l'un des premiers trucs que je lis vraiment sur Miyazaki ! Merci Kaze :) 
J'ai été surprise pour le passage du scénario, je n'aurai jamais cru qu'il pensait ou même travaillait comme ça ! J'ai l'impression que ça demande dix fois plus de travail de bosser le scénario en croquis continus, l'organisation doit pas être facile, ils doivent se noyer sous leurs croquis XD Mais c'est vraiment ouf. 

- - - - - - - - - - - - - - -
Mon blog : http://szangele.blogspot.fr/
Ma page FB : https://www.facebook.com/szangele
Revenir en haut Aller en bas
http://szangele.blogspot.com/
kaze
Bienveillant_admin
Bienveillant_admin
avatar

Messages : 1371
Date d'inscription : 02/01/2011
Localisation : Toulouse

MessageSujet: Re: Miyazaki Starting Point : 1979-1996   17/6/2014, 15:26

Je sais pas, je pense pas que ça demande tant plus de travail, une fois que t' es vraiment à l' aise et encré dans "ta" méthode , je pense qu' apres c' est une question d' organisation, mais si c' est bien fait je pense que ça va . (Et on dirait pas en le lisant comme ça, mais avec d' autres passages on voit qu' il attache quand même beaucoup d' importance au travail d' équipe et à l' organisation l' air de rien . Pour lui le film, c' est vraiment en truc fait ensemble, avec une bonne équipe,bien organisée)


Apres je sais pas, j' ai un peu peur d' apporter mes reflexions persos parcequ' apres tout, c' est peut etre dangereux si on finit par deformer les propos de Miyazaki, mais je pense que dans un sens, je comprends la logique de bosser en croquis .

On demande à un scénariste qui ne peut pas dessiner d' imaginer ses scènes d' un point de vue visuel, et de les écrire à plat afin qu' elles puissent être portées à l' écran (donc visuellement)

Et dans un sens, un dessinateur qui a déjà la possibilité de porter ses scènes visuellement par des croquis, au lieu de les écrire , ça peut paraître logique et plus direct .

- - - - - - - - - - - - - - -
gueublo   -   présentation sur le forum   -  facebook
Revenir en haut Aller en bas
http://kazeplop.blogspot.com
AngeleSz
Eric
Eric
avatar

Messages : 129
Date d'inscription : 06/02/2014
Age : 22
Localisation : 59

MessageSujet: Re: Miyazaki Starting Point : 1979-1996   17/6/2014, 17:59

Kaze a écrit:
Et dans un sens, un dessinateur qui a déjà la possibilité de porter ses scènes visuellement par des croquis, au lieu de les écrire , ça peut paraître logique et plus direct .

C'est sûr que vous sous êtes angle, ça paraît plus "simple" !

- - - - - - - - - - - - - - -
Mon blog : http://szangele.blogspot.fr/
Ma page FB : https://www.facebook.com/szangele
Revenir en haut Aller en bas
http://szangele.blogspot.com/
kaze
Bienveillant_admin
Bienveillant_admin
avatar

Messages : 1371
Date d'inscription : 02/01/2011
Localisation : Toulouse

MessageSujet: Re: Miyazaki Starting Point : 1979-1996   17/6/2014, 20:53

Apres je dis ça, c' est à relativiser hein . Ca marche pour Miyazaki, ça marchera pas forcément pour tout le monde .
Je crois que y a un danger aussi à trop s' interesser aux autres façons de faire, parcequ' on peut avoir tendance à vouloir essayer chaque méthode . Alors qu' au fond c' est pas possible de tout chercher et de tout maîtriser en même temps . Faut savoir un peu se caller et trouver sa méthode (je dis ça parceque je réalise en ce moment que c' est mon gros probleme)

- - - - - - - - - - - - - - -
gueublo   -   présentation sur le forum   -  facebook
Revenir en haut Aller en bas
http://kazeplop.blogspot.com
Sovelis
Paprikadmin
Paprikadmin
avatar

Messages : 3591
Date d'inscription : 12/01/2012
Age : 23
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Miyazaki Starting Point : 1979-1996   17/6/2014, 23:31

J'ai bien tout lu et c'est incroyable. J'aime vraiment comme il fait tout pour se concentrer sur l'essentiel, pour cristalliser ce qu'il veut dire et ce que ses personnages sont et à quel point pour lui c'est le principal, plus que la logique globale du scénario. Si ce qu'il crée se tient au fur et mesure, si les opinions et choix sont tous justes, ce que le scénario exprime par les personnages se dessine de lui même en échappant aux logiques et schémas narratifs des scénarios à l'américaine.

C'est un vrai exemple, après sa manière de faire est juste unique quoi...

- - - - - - - - - - - - - - -
Tumblr, Twitter, Pinterest
The Polywave, C'est bien quand c'est court, Les Croqueurs
Revenir en haut Aller en bas
http://nathanotano.blogspot.fr/
Tian
Raditz
Raditz
avatar

Messages : 717
Date d'inscription : 24/11/2012
Localisation : Empire du Milieu

MessageSujet: Re: Miyazaki Starting Point : 1979-1996   18/6/2014, 03:47

kaze a écrit:
Apres je dis ça, c' est à relativiser hein . Ca marche pour Miyazaki, ça marchera pas forcément pour tout le monde .


C'est clair qu'il faut méga-relativiser. Juste avoir un board complet de 500 pages entre les mains et se dire qu'il a tout fait lui-même, que c'est presque d'une précision de layout, ça te fait complètement relativiser. Y a les années d'XP derrière et ça se sent. 

Et quand tu te dis qu'il a fait ça pour tout ses films, ouais, bah ça fait beaucoup de dessins :p

- - - - - - - - - - - - - - -
Parfois, je trouve vraiment des trucs bizarres dans mon dez.


http://cqfd.bbfr.net/t974-presentation-tian
Revenir en haut Aller en bas
http://www.indisponibles.blogspot.com
Sovelis
Paprikadmin
Paprikadmin
avatar

Messages : 3591
Date d'inscription : 12/01/2012
Age : 23
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Miyazaki Starting Point : 1979-1996   18/6/2014, 09:09

Ouais enfin ça c'est tous les réalisateurs japonais... T. T

- - - - - - - - - - - - - - -
Tumblr, Twitter, Pinterest
The Polywave, C'est bien quand c'est court, Les Croqueurs
Revenir en haut Aller en bas
http://nathanotano.blogspot.fr/
kaze
Bienveillant_admin
Bienveillant_admin
avatar

Messages : 1371
Date d'inscription : 02/01/2011
Localisation : Toulouse

MessageSujet: Re: Miyazaki Starting Point : 1979-1996   27/6/2014, 03:51

la suite (où l' on se demande parfois si Miyazaki est pas un peu taré xD)


Spoiler:
 

- - - - - - - - - - - - - - -
gueublo   -   présentation sur le forum   -  facebook
Revenir en haut Aller en bas
http://kazeplop.blogspot.com
kaze
Bienveillant_admin
Bienveillant_admin
avatar

Messages : 1371
Date d'inscription : 02/01/2011
Localisation : Toulouse

MessageSujet: Re: Miyazaki Starting Point : 1979-1996   2/7/2014, 15:40

cooking 



Qu' est ce qui fait un scénario parfait ?



Quand les gens parlent de faire un film, ils utilisent souvent des expressions élogieuses du genre « être créatif » . Et c' est vrai, on fait des choix créatifs . Jusqu' au moment où on a fini par choisir le sujet de son film .
Disons , par exemple, que vous décidiez de faire un film où l' héroïne est une élève en Première au Lycée, qui se demande comment vivre . Eh bien c' est un choix que vous pouvez faire de vous même . Vous prenez un choix parmi une infinité d' autres possibilités . Du coup, lorsque vous écrivez tous vos scénarios, vous avez la possibilité de choisir quel thème utiliser .

Et ce choix, que vous avez fait, provient peut-être de quelques désirs inconscients cachés au fond de vous . Mais une fois que vous avez décidé de réaliser votre film, en réalité, vous ne le faites pas vraiment – c' est lui qui vous fait .


Par exemple, vous pouvez décider que telle personne vis à tel endroit, dans telle situation . Et vous pouvez prendre plusieurs chemins, comme ça, en développant votre histoire . Mais ensuite, lorsque les choses se développent un peu plus, ce sont ces éléments eux-même qui vont commencer à construire le film
Puis finalement, le problème, ça va être que lorsque vous voudrez modifier le scénario dans telle ou telle direction, afin de mieux coller à vos goûts, alors le film va commencer à s' écrouler .


Je dis souvent au gens que les films, c' est pas quelque chose qui se crée dans votre tête, mais dans un monde au dessus (il montre l' espace au dessus de sa tête) .
Une fois que vous avez décidé de réaliser un film, de mettre la machine en marche, dans le Japon d' aujourd' hui, à votre âge, dans les conditions physiques qui vous sont imposées, et avec l' équipe dont vous disposez … Eh bien vous n' avez alors qu' une façon idéale de mener votre projet jusqu' au bout, selon les conditions internes et avec toute l' énergie dont vous disposez .
Il doit y avoir un chemin, une solution spécifique, et le secret, ça va être de trouver ce chemin .


Ca sert à rien d' éviter les responsabilité en se disant que si quelqu’un d' autre a fait tel film de telle façon, alors vous pouvez faire pareil de la même façon, parce que ça va pas marcher . Parce que ça sera pas la meilleure façon de faire . Et quand vous allez réaliser que ça marche pas, vous allez simplement devoir commencer à chercher votre propre idée . Et pourtant, c' est pas non plus dans votre tête que vous allez la trouver .


C' est une des raisons pour lesquelles je passe beaucoup de temps sur les croquis de continuité pendant que je fais un film . C' est quelque chose auquel tu peux pas échapper, et auquel tu dois faire face . Tu dois te battre avec . Et quand tu vas te retrouver bloqué, quelque chose enfoui au plus profond de ton cerveau va commencer à faire le travail à ta place .


C' est la seule façon de le voir . Ça va être une histoire passée dont tu ne te rappelle pas, un mélange de plusieurs choses, quelque chose qui va prendre sens pour toi si tu le fais d' une certaine manière, quelque chose qui semble se situer à la limite de tes capacités …
Et ça va probablement sortir d' un coup, surgit de nulle part .
Donc pour moi, tout le problème, c' est de savoir si je peux me forcer à rester dans cet état . C' est ce qu' il y a de plus important pour moi . Et si j' y arrive, alors je ne fais un film . Au lieu de ça, j' ai l' impression que c' est le film qui me fait .
Ce que j' essaie de dire, c' est que quand vous créez vos scénarios, il n' y a toujours qu' un seul scénario idéal . Il y aura toujours un petit quelque chose, avec un thème particulier, qui ne sera pas forcément en vous mais qui sera toujours quelque part par là [montre l' espace au dessus de sa tête]
  Écriredes scénarios, c' est essayer d' arriver à ça .
C' est pas important, si tu penses utiliser une iconographie particulière, ou si tu te demandes comment tel ou tel truc va évoluer si tu ajoute un élément particulier . Les films étaient autrefois construits à partir de rien . En fait, les premiers films étaient des photos vaguement animées de pièces jouées au théâtre . Les techniques cinématographiques comme les plans rapprochés et autres, ont été développé seulement bien plus tard .


D' ailleurs, tous ces trucs de méthodologie pour écrire des scénarios et des films, en vrai c' est de la fiction . Si tu as une idée de ce que tu veux vraiment faire, tu peux le faire . De ça, j' en suis certain . Et une fois que tu sens que tu vas pouvoir te débrouiller pour faire ton film, tu peux le faire .
Et quand ça va arriver, tu ne le feras pas en utilisant ton sens commun habituel . La chose la plus importante pour toi, ça va être d' essayer aussi dur que tu le peux, de trouver l' intention derrière ce que tu imagines . Cette chose qui semble flotter autour de toi [pointe au dessus de sa tête] .
Sans ça, tu ne seras jamais capable de faire un film.


Quand tu réfléchis à tout ça -qu' on parle de pensées, d' idées, de philosophie, ou même de sentiments, peu importe- dans ce qui se trouve au sein de tout ça, et qui va constituer tes fondements, tu vas retrouver non seulement ta vie de tous les jours, mais aussi les affaires du monde, la politique, même l' économie .
(vo : When you do think of this – wheter we call it your thoughts, ideas, philosophy, or even your feelings – in the midst of this thing that will be your foundation, you will find included not only your daily life, but world affairs, politics, and even economics.)
Et, comme je l' ai dis plus tôt, tu ne pourras pas toujours intégrer tous les éléments – même ceux qui t' intéressent le plus et qui fondent la base de ton monde . Mais le monde entier lui aussi, est en train de lutter parce qu' il ne peut pas faire ça . Donc c' est normal que toi non plus, tu ne puisses pas le faire .
Mais alors pendant que tu lutteras, j' espère qu' enfin, tu vas vivre cette expérience où c' est le film qui te construis .

- - - - - - - - - - - - - - -
gueublo   -   présentation sur le forum   -  facebook
Revenir en haut Aller en bas
http://kazeplop.blogspot.com
Tian
Raditz
Raditz
avatar

Messages : 717
Date d'inscription : 24/11/2012
Localisation : Empire du Milieu

MessageSujet: Re: Miyazaki Starting Point : 1979-1996   2/7/2014, 16:34

Waw, merci :)

Miyazaki, c'est un philosophe, en fait !

- - - - - - - - - - - - - - -
Parfois, je trouve vraiment des trucs bizarres dans mon dez.


http://cqfd.bbfr.net/t974-presentation-tian
Revenir en haut Aller en bas
http://www.indisponibles.blogspot.com
Sovelis
Paprikadmin
Paprikadmin
avatar

Messages : 3591
Date d'inscription : 12/01/2012
Age : 23
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Miyazaki Starting Point : 1979-1996   2/7/2014, 17:00

Il y a des mots de sagesse là-dedans... J'ai retenu :

Citation :
Mais quand on créer un film, au fondement de l 'histoire, c' est inévitable que notre vue de la nature vienne en jeu .


En général, les gens ignorent complètement ce problème là et créent des histoires uniquement basées sur les relations humaines (bim les américains), ou alors sur ces problèmes entre plusieurs gens qui viennent en remplacement . Et quand ils sont vraiment en plein dans le pétrin, ils se concentrent alors sur des problèmes encore plus immédiats .

Citation :
Mais ensuite, lorsque les choses se développent un peu plus, ce sont ces éléments eux-même qui vont commencer à construire le film
Puis finalement, le problème, ça va être que lorsque vous voudrez modifier le scénario dans telle ou telle direction, afin de mieux coller à vos goûts, alors le film va commencer à s' écrouler .

Citation :
D' ailleurs, tous ces trucs de méthodologie pour écrire des scénarios et des films, en vrai c' est de la fiction . Si tu as une idée de ce que tu veux vraiment faire, tu peux le faire . De ça, j' en suis certain . Et une fois que tu sens que tu vas pouvoir te débrouiller pour faire ton film, tu peux le faire .

J'aime vraiment comment, pour lui, c'est vraiment une histoire de compréhension INTERNE au scénario et simplement de logique de son histoire, qu'il faut juste faire sens et aller vers le film et ce qu'il induit et non nos envies égoïstes et sueprficielles de faire un film "comme ci" ou "comme ça" qui est toujours notre première pensée.

En gros il nous dit, si j'ai bien compris, j'ai besoin d'exprimer ci ou ça, j'ai tels moyens, quelle est la meilleure manière d'arriver à mes fins. C'est intéressant la théorie, ça lance des réflexions, mais il faut vraiment avoir un travail personnel interne derrière pour garder une cohérence.

Regarde the kingdom of dreams and madness, je l'ai vu à annecy, c'est un docu très cru et dur sur ghibli où on suit miyazaki qui fait le vent se lève, qui croit limite plus en l'utilité de faire ses films et qui est en froid avec takahata. Et il reprend espoit au fil de la production, et tu sens que son approche est pure. J'ai pas d'autre mot, pure. C'est le plus grand réal d'anim de tous les temps selon les gens, pour moi c'est pour ça : il a pas besoin de théorie, il a pas besoin d'écrire de scénario à l'avance, il sait ce qu'il veut exprimer et a les outils à disposition pour et il se lance à fond la-dedans en essayant d'oublier ce qu'il est au service de son histoire. Et ça rend les choses tellement denses...

- - - - - - - - - - - - - - -
Tumblr, Twitter, Pinterest
The Polywave, C'est bien quand c'est court, Les Croqueurs
Revenir en haut Aller en bas
http://nathanotano.blogspot.fr/
kaze
Bienveillant_admin
Bienveillant_admin
avatar

Messages : 1371
Date d'inscription : 02/01/2011
Localisation : Toulouse

MessageSujet: Re: Miyazaki Starting Point : 1979-1996   2/7/2014, 22:25

Sovelis a écrit:
Il y a des mots de sagesse là-dedans... J'ai retenu :

Citation :
Mais quand on créer un film, au fondement de l 'histoire, c' est inévitable que notre vue de la nature vienne en jeu .


En général, les gens ignorent complètement ce problème là et créent des histoires uniquement basées sur les relations humaines (bim les américains), ou alors sur ces problèmes entre plusieurs gens qui viennent en remplacement . Et quand ils sont vraiment en plein dans le pétrin, ils se concentrent alors sur des problèmes encore plus immédiats .

Ben ouai mais bon, c' est fou, par exemple moi à ce moment j' ai vraiment l' impression d' entendre un type un peu perché dans son trip .

Parce que pour moi, franchement la nature, c' est pas que je la respecte pas, c' est pas que je peux pas l' apprécier, mais j' avoue que ça se retrouve super rarement dans mes histoires, parce que je sais pas, je suis pas né avec ça, et les réflexions sur la nature font pas tant partie de ma vie .
Et je me dis aussi, Miyazaki c' est un japonais et il est né dans une autre époque . Mais tu prends un type né dans une ville et qui a quasiment jamais quitté son quartier, ça devient un peu compliqué de mettre la nature à la base de tout ^^"
Enfin j' ai peut être mal saisi ce à quoi pensais miyazaki aussi, c' est possible ^^

Sovelis a écrit:

J'aime vraiment comment, pour lui, c'est vraiment une histoire de compréhension INTERNE au scénario et simplement de logique de son histoire, qu'il faut juste faire sens et aller vers le film et ce qu'il induit et non nos envies égoïstes et superficielles de faire un film "comme ci" ou "comme ça" qui est toujours notre première pensée.

Oui voilà, après ça fait un peu "magie" la façon dont il le dit . Mais je pense que y a moyen de le voir de façon un peu plus logique aussi, en se disant tout simplement que voilà c' est l' univers interne de l' histoire qui va petit à petit imposer son scénario, imposer les thèmes, les questionnements, et qu' au final c' est peut-être juste une manière pour Miyazaki de se laisser porter vers quelque chose d' inconnu qui va lui demander justement de résoudre certaines questions pour faire le film .

Enfin pour essayer d' être plus clair lol : au lieu de faire un film en se disant "je vais dire ça" peut être que pour lui ça sera "je vais crée un univers, qui va induire des questionnements, et ça va me faire dire ça" .
En clair au lieu de faire un film pour dire quelque chose de précis, il va faire un film pour se poser des questions et en sortir un message .

Ça ou alors je suis à l' ouest et j' ai perdu tout contact avec le monde logique  loukijyhgthyjuikolp  hjkl85416 


Sovelis a écrit:

Regarde the kingdom of dreams and madness, je l'ai vu à annecy, c'est un docu très cru et dur sur ghibli où on suit miyazaki qui fait le vent se lève, qui croit limite plus en l'utilité de faire ses films et qui est en froid avec takahata. Et il reprend espoit au fil de la production, et tu sens que son approche est pure. J'ai pas d'autre mot, pure. C'est le plus grand réal d'anim de tous les temps selon les gens, pour moi c'est pour ça : il a pas besoin de théorie, il a pas besoin d'écrire de scénario à l'avance, il sait ce qu'il veut exprimer et a les outils à disposition pour et il se lance à fond la-dedans en essayant d'oublier ce qu'il est au service de son histoire. Et ça rend les choses tellement denses...

Lol ok tu vends du rêve, je m' y plongerais dès que je peux ^^

- - - - - - - - - - - - - - -
gueublo   -   présentation sur le forum   -  facebook
Revenir en haut Aller en bas
http://kazeplop.blogspot.com
Sovelis
Paprikadmin
Paprikadmin
avatar

Messages : 3591
Date d'inscription : 12/01/2012
Age : 23
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Miyazaki Starting Point : 1979-1996   3/7/2014, 18:57

Je pense pas qu il parle d'écologie ici vu qu'il dit clairement dans ma suite de ta trad que c'est pas ca.

Quand il parle de nature il parle aussi de ville et du reste. Ce qui est important ici pour moi c'est que l'on se concentre sur notre nombril d'humain jusqu'à se dire que c'est ça qui va sauver notre film au lieu de penser plus globalement son film (ca rejoint les differents niveaux de conflit de mckee pour moi. Les trucs interieur, interpersonnels etc jusqu'à geopolitique mondial & co et au delà de l'humain). Je pense que de cette reflexion là vient ses univers prolifiques qui depassent ses scenarios dans notre tête. Et ces ce qui donne des films si denses et épiques comparé à takahata par exemple (il le critique ouvertement là d'ailleurs).
C'est pour ça que j'ai mis bim les americains. Ils sont bloqués sur leur univers humain et les personnages au lieu de voir plus grand (la "nature" dont il parle selon moi est aussi bien valable dans un univers realiste que fictionnel).

J'ai rien vu de fou et farfelu dans tous ça en tout cas.

Citation :
au lieu de faire un film en se disant "je vais dire ça" peut être que pour lui ça sera "je vais crée un univers, qui va induire des questionnements, et ça va me faire dire ça"

Je pense que tu as très bien exprimé ce que je voulais dire :) il sait se mettre dans un etat d'esprit au service de son histoire et tout en découle. S'il croit en ses personnages la manière dont chacun pense et évolue dans le monde qu'il a créé, si tout ça se confronte avec ses propres idées dedans mais qu'il s'oublie pour laisser les éléments de l'histoire tout prouver... c'est ça pour moi sa demarche pure. Il a quand meme une idée derrière la tête, des envies de realisation et de thèmes et d'univers qui lui plaisent, mais il arrive a décupler leur potentiel de par son approche finalement très "a4 l'écoute de son film" et kustement pour moi pas du tout personnel.

C'est d'ailleurs pas le seul real qui dit qu'il ne réalise pas vraiment mais met un film au monde et qu'il existait déjà sans lui, il le ramène juste sur terre.

- - - - - - - - - - - - - - -
Tumblr, Twitter, Pinterest
The Polywave, C'est bien quand c'est court, Les Croqueurs
Revenir en haut Aller en bas
http://nathanotano.blogspot.fr/
kaze
Bienveillant_admin
Bienveillant_admin
avatar

Messages : 1371
Date d'inscription : 02/01/2011
Localisation : Toulouse

MessageSujet: Re: Miyazaki Starting Point : 1979-1996   7/7/2014, 23:45

Bon je crois que je m' enflamme un peu, j' en traduis des tonnes ^^ . En même temps en ce moment j' ai beaucoup de temps à rien faire au boulot, donc j' en profite à côté pour traduire les passages que j' aime .
Peut être que je devrais plus sélectionner . Mais bon va dire que comme ça, chacun peut survoler un peu et lire ce qu' il trouve intéressant .




Pensées sur La Planète Sauvage




En soi, je trouve que La Planète Sauvage est intéressant . Mais ce n' est pas un film que j' ai particulièrement aimé . Sur le plan technique c' était incroyable, mais le travail lui même ne raisonnais pas en moi -je suis content d' avoir vu le film, mais je crois pas que je voudrai le revoir . C' est bien fait, mais j' ai aussi senti que l' histoire était grossière .


[…]


Le jour de sa projection, j' ai dis à Tomisawa-San que La Planète Sauvage ressemblait à une peinture de Bosch, mais je disais ça dans le sens où ça ressemblait à ce que la peinture de Bosch évoquait en moi . En d' autres mots, c' est attractif, joli, et en même temps ça invite clairement à une sorte de répulsion physique … …
Ça me rappelle le choc que j' ai vécu quand j' ai vu la première fois des images médiévales du Christ . Je n' en revenais pas de voir à quel points les artistes avaient utilisé des images aussi répulsives pour représenter le Christ . J' étais tout simplement horrifié . Il n' y avait pas moyen que je puisse les voir comme belles .


Je suis content d' être Japonais – Je trouve que nos statues Kudara kannon Bodhisatva de la Compassion est bien plus jolie . C' est probablement parce que je suis un Japonais typique , mais pour moi le monde charnel de Bosch, les images bizarres du Christ, les films de Topor, et les peintures au plafond de cette vieille maison au Musée de Zurich, sont terriblement dégueulasses, et si je devais les regarder tous l' hiver durant, je deviendrais probablement fou .


[…]


En vrai, j' ai toujours été fan de culture populaire . Et ça a toujours été un de me rêves que de transmettre aux enfants d' aujourd' hui le même frisson que j' ai ressenti lorsque j' ai lu Sabaku no Mao de Tetsuji Fukushima (le Diable du désert)




A propos de l' animation et des films cartoons


Pour ma génération, l' animation c' était comme un trésor à rechercher


J' adore les avions . Donc si je devais faire une analogie entre l' animation et les avions, je dirai que l' animation est probablement dans l' ère du Boeing 747 maintenant . Il y a aussi eu une période pré- frères Wright dans l' histoire de l' animation .
C' était une période où l' animation essayait souvent d' agiter ses ailes pour voler et s' écrasait .
Mais au milieu de tout ça, et principalement aux États Unis, une variété de travaux ont émergé . Des travaux qui ont été des succès commerciaux, comme Mickey Mouse et Betty Boop .


[…]


Et donc, pour ma génération, les cartoons étaient très rares et c' était quelque chose qu' on recherchait comme un trésor . Quand on tombait sur quelque chose qui était particulièrement bon, intéressant, ou excitant, on se sentait extrêmement chanceux . On avait l' impression d' avoir finalement découvert quelque chose de spécial , quelque chose qui jusque là ne brillait que très loin d' ici .

Aujourd' hui, on est en plein dans un torrent d' animation . Pour moi en tout cas, j' ai l' impression que si tu t' assois devant une télé aujourd' hui, tu es immédiatement submergé par une énorme vague d' animation . On est maintenant dans ce qu' on pourrait appeler l' ère de consommation de masse de l' animation .


Je n' ai pas l' intention ramener un vague sentiment de nostalgie à propos du bon vieux temps, mais tant qu' on parle de mon implication avec le média, il y a quelques autres travaux dont j' aimerai bien parler .


L' un d' eux, par exemple, est « The Old Mill » (le vieux moulin) . Le dernier de la série des symphonies de Disney . Si quelqu' un ici de l' a pas encore vu, je lui recommande vivement de le faire . C' est un grand exemple dans le genre des animations orientées technique crée par l' équipe de Disney .





Ça décrit une tempête en montrant des nuages mouvants, de l' eau, et du vent . C' est un travail assez court à propos d' une tempête qui entre dans un moulin situé sur une colline puis qui repart .
Mais ça représente un sommet de travail, quelque chose de jamais surpassé par aucune animation chez Disney par la suite .


Les animateurs Disney qui suivirent utilisèrent les même techniques pour créer le long métrage d' animation Blanche Neige . Et si vous regardez Blanche Neige, vous pouvez vraiment ressentir ce désir débordant d' exploiter toute une variété de nouvelles techniques d' animation .
En fait, Blanche neige démontre comment les animateurs peuvent achever un travail d' une manière très saine, atteignant une sorte de perfection dans le processus .


D' autres merveilleux exemples qui me viennent à l' esprit sont La Bergère et le Ramoneur de France (Le Roi et l' Oiseau), et la Reine des Neiges de Russie .

Avant je faisais des longs métrages d' animation pour Toei Animation . Mais ils étaient bien en dessous . Au moins techniquement parlant . C' était comme montrer des lapins tomber et glisser, des trucs comme ça .
On se demandait si on pourrait jamais atteindre le niveau de ce qui se faisait en France, en Amérique ou en Russie . Ou même si on en serait jamais capable . Et franchement, on savait vraiment pas .


Pour être honnête on savait pas ce qu' on devait faire afin d' atteindre le même niveau d' excellence que ce qui se faisait là-bas . On savait qu' on avait des contraintes comme les emplois du temps de courtes productions, de petits budgets, et d' autres encore, mais par dessus tout, on commençait à développer un complexe d' infériorité .
On se demandait même si on avait ne serait-ce que le talent de base nécessaire . Avec le recul, la seule chose qui nous à permis de continuer, et qui nous à pousser à viser un objectif à long terme, c' était notre détermination




Ce qui est important c' est de s' intéresser aux gens


Quand je compare ces jours-là à aujourd' hui, je vois que le nombre de gens voulant faire de l' animation à considérablement augmenté . Ainsi que le nombre de gens qui s' y intéressent avec attention .
Mais quand je parle à ces gens là, je ne sens pas la même détermination qu' on avait à leur âge .


Certains jeunes regardent de courts travaux à la télé et pensent que c' est le seul type d' animation qui existe .
Une fois, on a eu une personne qui est venu au studio et qui espérait devenir animateur un jour . On lui a demandé quel genre d' animation il aimerait créer . Il a vaguement répondu qu' il voulait « dessiner des explosions » . On lui a demandé quel boulot il aimerait créer après avoir appris à décrire des explosions . Il s' est trouvé qu' il n' en avait aucune idée .


Il se peut que vous ayez à dessiner des explosions quand vous créez des animations, mais vous aurez aussi à dessiner beaucoup d' autres chose .
La chose la plus importante, selon moi, c' est d' avoir un intérêt pour les gens, la façon dont ils vivent, dont ils interagissent .




Autour du travail


Les animateurs


Par nature, l' occupation d' animateur requiert une aptitude innée, mais maintenant, le boulot d' animateur est plus ou moins devenu le moyen le plus facile pour devenir illustrateur .
Durant ces 10 dernières années, la masse de travail à continué à augmenter . Impliquant une pénurie des animateurs . C' en est arrivé au point que n' importe qui sachant tenir un crayon et tracer une ligne est acceptable . Plus le nombre d' animateur augmente, plus leur valeur décline .


L' animateur de base est tres jeune . La principale caractéristique de ces jeunes gens, c' est leur bonne nature et leur pauvreté .
[…]
Et pourtant, même si ces jeunes animateurs alternent avec d' autre boulot, ils reviennent souvent . C' est un boulot sans souci . Ils ont pas à faire de courbettes à personne, ni à se mettre en compétition entre eux . L' animation japonaise à atteint le plus grand taux de production du monde grâce à ces jeunes hommes pauvres et de bonne nature qui ne trouvent pas leur place dans cette société sur-organisée .
Mais je me demande bien si on doit produire autant de séries animées .


Des vœux de solidarité


Je me rappelle d' une nuit quand mon plus jeune enfant était au collège, il avait commencé à réviser un examen pour le lendemain .
Je me suis rendu compte qu' il était sur le point de vivre l' expérience du moment où il allait perdre l' innocence de l' enfance . Quelque chose à laquelle j' avais pas fait attention lorsque je suis passé par la même étape .
Et j' ai été submergé par un sentiment que je ne pourrai qu' appeler douce tristesse . En regardant son dos courbé, silencieusement, je lui ai transmis un mes « vœux de solidarité »

- - - - - - - - - - - - - - -
gueublo   -   présentation sur le forum   -  facebook
Revenir en haut Aller en bas
http://kazeplop.blogspot.com
Sovelis
Paprikadmin
Paprikadmin
avatar

Messages : 3591
Date d'inscription : 12/01/2012
Age : 23
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Miyazaki Starting Point : 1979-1996   8/7/2014, 09:01

Ah non non non si t'as du temps pour traduire on en veut plein :3 merci!

Edit : Oh le bâtard comment il démonte l'art chrétien et français... xD
Edit 2 : Ahlala... Complexe d'infériorité?...
Edit 3 : Elle est touchy cette partie du bouquin. Faut que je le lise un jour.

- - - - - - - - - - - - - - -
Tumblr, Twitter, Pinterest
The Polywave, C'est bien quand c'est court, Les Croqueurs
Revenir en haut Aller en bas
http://nathanotano.blogspot.fr/
kaze
Bienveillant_admin
Bienveillant_admin
avatar

Messages : 1371
Date d'inscription : 02/01/2011
Localisation : Toulouse

MessageSujet: Re: Miyazaki Starting Point : 1979-1996   8/7/2014, 15:57

haha il demonte trop l' art chretien, ça m' a fait marré mais dans un sens je le comprend parcequ' honnêtement, avant la renaissance et tout, la peinture occidentale ça m' a jamais tant attiré, et c' est clair que y a plein de trucs que je trouve un peu sordides .

- - - - - - - - - - - - - - -
gueublo   -   présentation sur le forum   -  facebook
Revenir en haut Aller en bas
http://kazeplop.blogspot.com
kaze
Bienveillant_admin
Bienveillant_admin
avatar

Messages : 1371
Date d'inscription : 02/01/2011
Localisation : Toulouse

MessageSujet: Re: Miyazaki Starting Point : 1979-1996   24/9/2014, 10:32

Je met les dernieres traductions pour le premier bouquin que j' ai plus ou moins fini depuis quelques temps . Par contre ça m' emmerde trop, j' ai perdu le 2eme, sans l' avoir lu xD . Enfin j' espère le retrouver bientôt, sinon c est le drame





La force d' un plan unique


Ça fait longtemps que je suis pas allé voir un film juste pour le fun, et j' ai la mauvaise habitude de ne pas voir les films en entier . Pour tout avouer, je peux parler comme un fanatique de Stalker de Andrei Tarkovsky, mais je n' ai même pas vu le film en entier . Je n' ai probablement vu que le dernier tiers du film, puis j' ai du le prendre en cours une fois à la télé .
Mais pour moi, c' était suffisant . J' étais submergé et j' avais pas besoin d' en voir plus .
Ça arrive souvent par flemme . Je sais que si je devais voir les films dans leur entièreté, l' impact émotionnel serait meilleur . Et je sais que les créateurs des films veulent qu' on voit leur travail dans leur entièreté . Mais avec Stalker, j' étais touché au plus profond de mon âme . En voir plus aurait été trop .




PEOPLE



Je me suis détaché d' Osamu Tezuka quand j' ai vu la « main de dieu » en lui


Tezuka-san était un rival contre lequel j' ai combattu


Cet article est sensé faire partie d' un numéro spécial consacré à Tezuka . J' imagine donc qu' il va y avoir un grand rassemblement de gens qui vont regretter en chœur son décès . Et je ne compte pas y ajouter ma voix .
Je pense que j' ai été bien plus impliqué avec M. Tezuka que tout ce gang qui se promène en parlant de lui comme un dieu . C' était un rival contre lequel je suis entré en compétition et pas quelqu' un que je place sur un piédestal . Bien sûr, pour Tezuka, je n' ai peut-être pas été un rival du tout d' ailleurs .
Dans ce business de toute façon, je n' aurai jamais été capable de faire mon travail étant donné que je considérais l' homme comme un dieu et que je le reléguais à une place sacrée .
[…]
Puis après que j' ai eu 18 ans, j' ai décidé que je ferais mieux de commencer à dessiner mon propre manga . J' ai réalisé que je devais combattre contre moi-même pour me débarrasser des influences de Tezuka qui s' étaient inscrit si profondément en moi . C' est devenu un gros problème .
Je n' ai absolument pas de souvenir d' avoir jamais imité Tezuka et j' ai jamais pensé qu' il y avait une ressemblance dans nos styles . Mais les gens n' arrêtaient pas de me dire que mon style ressemblait au sien . C' était terriblement humiliant .
Maintenant, je sais que certaines personnes disent qu' il vaut mieux commencer à dessiner des mangas, en imitant les autres, mais j' ai toujours pensé que c' était la mauvaise approche . Peut-être que c' était parce que je suis le 2ème enfant de la famille et pas le 1er . Mais j' ai toujours pensé que je ne devais jamais essayer d' imiter mon grand frère ou mes prédécesseurs .
Donc, quand j' ai été forcé d' admettre que mes dessins ressemblaient effectivement à ceux de Tezuka, je les ai tous rassemblé, je les ai brûlé, et j' ai résolu de tout recommencer à zéro .
Et […] avec la conviction que j' avais besoin d' étudier les bases en premier, je suis revenu pour exercer le dessin et le croquis . Et pourtant, même ainsi, ça n' a pas été facile de me débarrasser de l' influence de Tezuka .

Ce qui a finalement rendu ça possible, c' est quand je suis rentré dans les studios de Toeï Animation j' avais 23 ou 24 à l' époque . Il y avait une nouvelle tendance à l' effet et j' ai réalisé que je pouvais créer une direction différente pour moi-même en tant qu' animateur . Quand je dis « en tant qu' animateur » je ne parle pas de créer mes propres personnages mais simplement de trouver comment les faire bouger et comment exprimer différents types d' actings .
Pour moi le problème, c' est devenu de trouver comment créer le mouvement donc la question de savoir si mon dessin ressemblait ou non à celui d' un autre est devenue tout d' un coup hors de propos .
[…]


L' astuce d' un créateur


Quand est-ce que je suis passé par le rite de passage qui m' a permit de me détacher de Tezuka ?
Eh bien c' était en regardant quelques uns de ses jeunes travaux d' animations .
Je me suis retrouvé dégoutté par le pessimisme des travaux tel que Ningyo (Sirène) ou Shizuku (la goutte), qui montrait une goutte d' eau qui tombait sur un type assoiffé à la dérive à la mer .
J' ai trouvé que ce pessimisme était qualitativement différent du pessimisme que Tezuka avait dans les anciens temps, comme dans les débuts d' Astro boy par exemple . Mais peut-être aussi que dans les jeunes jours, je sentais la grande tragédie et je tremblais d' excitement au pessimisme facile précisément parce que j' étais jeune . C' est quelque chose que je ne peux possiblement confirmer sur ce point .
En tout cas j' ai senti plus tard une sorte de problème dans son boulot . J' ai senti que c' était comme si Tezuka avait quelques petits dessinateurs qu' il sortait , qu' il ressortait un truc qu' il avait déjà utilisé il y a longtemps, et pensait « wow, regarde ça ! » Avant de rassembler tout ça en une sorte de travail .
Dans les « contes du coin de la rue » de Tezuka, il y a une scène dans le film […]
J' ai senti la « main de dieu » de Tezuka, dans ces scènes, dans le sens où il était consciemment et délibérément en train d' essayer de décrire une sorte de beauté apocalyptique pour impressionner tout le monde . […]
De la part d' un de mes senor dans l' industrie, j' ai entendu une fois que quand Tezuka travaillait sur Saiyuki, il a recommandé plusieurs fois d' insérer un épisode montrant le héros singe, Songoku revenant et trouvant sa copine morte (une singe aussi) . Mais il n' y avait aucune raison pour que la fille singe soit morte . Quand j' ai appris que Tezuka avait préconisé ça simplement parce que « ça serait plus émouvant » j' ai vraiment compris que je pouvais me détacher de lui .
Ça résume mon opinion sur Tezuka .



Des commentaires conçis


On peut difficilement dire que je suis un des apprentis exemplaires de Yasuri Mori . Même en tant que nouveaux venu, j' ai été confrontalement impudent, insolent . Je ne pouvais voir son travail que comme quelque chose de dépassé .
Malgré ça, étonnement, Mori-san semblait toujours nous comprendre le mieux, nous, jeunes animateurs que nous étions . Et quand on essayait quelque chose de nouveau on était convaincu qu' il nous supporterait . Quel attitude égoïste et embarrassante j' ai pu avoir .
Mori-san a toujours été indulgent avec moi . Même avec cette attitude que j' avais . Il a approuvé quasiment tout en me disant de faire comme je voulais . Et il évaluait mes capacités à base de petits commentaires très concits .
C' est seulement plus tard que j' ai vraiment ressenti le poids, non , la peur, des commentaire de Mori-san . C' est seulement durant la projection du final de Little Norse Prince Valiant que j' ai réalisé sa vraie force . Pris en plein milieu de l' agitation pour terminer le film, je n' avais aucune idée du genre de boulot qu' il avait été en train de faire . Des larmes ont coulé de mes yeux .
Ce n' était pas parce que je le projet de 3 ans était fini . C' était parce que je ne pouvais pas m' empêcher de pleurer devant le personnage d' Hilda que Mori-san avait dessiné . Je pensais avoir mis tous mes efforts dans ce projet mais j' ai réalisé du coup que mon travail avait simplement été de créer un container .
C' était Mori-san qui l' avait rempli de son âme . Je n' avais jamais autant confronté l' immaturité de mon propre travail et mon propre concept de l' héroïsme mauvaise qualité
Mais c' est seulement plus tard que j' ai compris ça . Durant cette séance du final cut dans la salle de projection de Toeï, j' ai découvert pour la 1ere fois la substance et la tristesse dans la présence d' Hilda et j' ai pleuré pas en tant que membre de l' équipe mais en tant que spectateur .
[…]
Mori-san est venu à la projection de Tototro et m' a dit « C' est bon » . Comme toujours c' était un commentaire minuscule . Mais c' était aussi la 1ere fois que j' ai senti que Mori-san m' avais réellement félicité . Ces 2 mots valaient plus que tout au monde pour moi . Ils m' ont rendu extrêmement heureux.

- - - - - - - - - - - - - - -
gueublo   -   présentation sur le forum   -  facebook
Revenir en haut Aller en bas
http://kazeplop.blogspot.com
Sovelis
Paprikadmin
Paprikadmin
avatar

Messages : 3591
Date d'inscription : 12/01/2012
Age : 23
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Miyazaki Starting Point : 1979-1996   24/9/2014, 12:51

J'ai ris à plusieurs reprises haha il est tellement vrai ce mec. Il descend Tezuka comme jamais j'ai vu ça.

Je sais même pas comment réagir. C'est juste beau. Toujours aussi intéressant tes trad!

- - - - - - - - - - - - - - -
Tumblr, Twitter, Pinterest
The Polywave, C'est bien quand c'est court, Les Croqueurs
Revenir en haut Aller en bas
http://nathanotano.blogspot.fr/
kaze
Bienveillant_admin
Bienveillant_admin
avatar

Messages : 1371
Date d'inscription : 02/01/2011
Localisation : Toulouse

MessageSujet: Re: Miyazaki Starting Point : 1979-1996   24/9/2014, 22:13

haha c' est un salaud on peut le dire :D olikujhygtrfd

- - - - - - - - - - - - - - -
gueublo   -   présentation sur le forum   -  facebook
Revenir en haut Aller en bas
http://kazeplop.blogspot.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Miyazaki Starting Point : 1979-1996   

Revenir en haut Aller en bas
 
Miyazaki Starting Point : 1979-1996
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Hollow Point:
» mustang 1979
» >>Submariner par réf et par périodes<<
» Soirée chatbox à Thème (Miyazaki / Ghibli)
» Rail de mise au point pour macro

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CQFD :: What do you REALLY wanna know? :: The Best of the Best-
Sauter vers: