Storytelling, Dessin et Arts Narratifs
 
AccueilAccueil  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  Rechercher via GoogleRechercher via Google  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Jean-Antoine Watteau, dit Antoine Watteau. Pour moi c'est WATTEAU tout court.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Boxioul
Rémy
Rémy
avatar

Messages : 157
Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 22
Localisation : entre le désespoir et un truc plus cool

Feuille de personnage
Nom ::
Description ::
PV:
7/7  (7/7)

MessageSujet: Jean-Antoine Watteau, dit Antoine Watteau. Pour moi c'est WATTEAU tout court.   28/4/2015, 13:16

Je pensais avoir raison en pensant qu'un excellent peintre est forcément un excellent dessinateur. Lorsque je découvris le travail d'Antoine Watteau, mes certitudes se sont envolées. Je repars finalement à zero concernant les idées préconçues sur l'art figuratif et ce que la figuration nous dévoile réellement. Je vous renvoie sur sa page Wikipédia pour en apprendre plus sur son travail en tant que peintre. Je consacre cet article à une facette beaucoup moins connue de son talent, celui de dessinateur. 

Beaucoup ont essayé d'imiter son talent en vain. 




Je pense à 
Paul Helleu:
 




François Boucher:
 

Hubert Robert:
 


Fragonnard:
 


Dandré-Bardon:
 


La courte vie de Watteau

  (portrait de Watteau par Rosalba Carriera)


Que sait-on réellement de la vie et de la carrière de Watteau ? Il serait né à Valenciennes en 1684, le 10 octobre et encore cette date à été récemment mise en doute.
Watteau vient d’une famille d’origine modeste On trouve dans sa famille des couvreurs, des charpentiers, une famille nombreuse en somme. Il est difficile d’affirmer que Watteau est français. Valenciennes n’est devenue française qu’en 1678, pour de nombreux auteurs du XVIIIe siècle, Watteau est un artiste Flamand.
On ignore absolument tout concernant les débuts de son apprentissage si ce n’est qu’il est passé par l’atelier d’un certain Guérin. Un de ses biographes les plus fiables l’abbé Leclerc, nous apprend qu’il « vint à Paris l’an 1702 » lorsqu’il était âgé de 18 ans. Mais on ne sait rien sur les raisons qui l’ont poussé à partir de Valenciennes. 

Il travaille en 1703 pour un marchand de tableaux installé sur le pont Notre-Dame, du nom de d’Etienne Desrais. Il copie à longueur de journée la même œuvre, une vieille lisant et portant lunettes du peintre Gerard Dou. Très peu de document nous renseigne sur la vie de Watteau entre 1703 et 1707. A cette période il fait la connaissance d’un peintre déjà réputé Claude Gillot(1673-1722). Les relations entre les deux hommes sont mystérieuses et on sait seulement qu’elles se détériorent assez rapidement à cause de l’extraordinaire « facilité » de Watteau qui apprend vite, trop vite.
Watteau rentre dans l’atelier d’un autre artiste peu après cette brouille, celui de Claude III Audran (1658-1734) un peintre d’ornement conservateur au palais du Luxembourg par son métier de conservateur, Claude Audran permet à Watteau  de copier les tableaux sur la famille Médicis peint par un certain Rubens. Ces tableaux sont l’une des inspirations décisives de Watteau. 



Aucun de ses biographes ne parle de Watteau avant 1712,date où il présentait ses tableaux à l’académie royale de peinture et de sculpture(l'ancien nom des Beaux-Atrs de Paris). Watteau prend du temps pour réaliser ses tableaux, et de nombreuses fois ses commanditaires le rappelleront à l’ordre. Watteau change souvent d’habitations, il s’installe tantôt chez l’un tantôt chez l'autre et ne se pose jamais dans un endroit précis. Il part à la fin de l’année 1719 à Londres pour se soigner de la tuberculose auprès d’un célèbre médecin (Richard Mead) il reviendra à Paris le 20 août 1720. En Septembre, il habite chez un marchand, Edmé Gersaint. Gravement souffrant, il se réfugie à Nogent-sur Marne où il meurt le 18 juillet 1721.
Ceux qui le fréquentait le décrivent en ces termes : « Watteau était de moyenne taille et de constitution faible », « doux et affable », « froid et indifférent », « indolent et impatient » . Watteau ne s’est pas marié te on ne lui connaît aucune liaison, ni masculine, ni féminine. Son biographe confie que le « travail assidu [l’]avait rendu un peu mélancolique], d’un abord froid et embarrassé, ce qui le faisait passer pour un esprit bizarre auprès de ceux qui ne le connaissaient pas. La vérité est qu’il n’était pas fort caressant. Il était inquiet, toujours mécontent de lui-même, aimant le changement, ne se trouvant jamais bien où il était, ce qui le rendait souvent insupportable à lui-même et quelques fois à ses amis »
Les tableaux de Watteau furent quelques fois critiqués. Néanmoins ses dessins ont toujours fait l’unanimité. Watteau était considéré meilleur dessinateur que peintre. Lui-même en était conscient. 



Notes sur la technique de Watteau


Le XVIIIe siècle est selon quantité d’analyses l’âge d’or de la sanguine et l’utilisation qu’en a faite Watteau a influencé beaucoup de peintres qui ont suivit. La sanguine se présentait aux artistes sous forme de bâtonnets qu’ils pouvaient tailler à leur convenance. Sa teinte pouvait largement varier. Du rouge clair au violacé ou au brun selon la quantité d’oxyde de fer ou de manganèse qu’elle contient. Le recours aux trois crayons permet d’exprimer la lumière, Watteau établit une sorte d’harmonie entre les deux médias. Le rapport entre le rouge et le noir est nuancé à son extrême. Il perfectionnera sa technique au fil du temps et utilisera un lavis blanc pour atteindre sa technique au trois crayons. Il y a une facilité de transmission entre le rouge et le noir et tout est en osmose. La technique de Watteau a évolué en un enrichissement continuel elle a gagné en précision et en retenue.


Toutes les nuances sont sollicitées, du carmin au pourpre, du gris au noir de jais, du blanc crémeux aux accents les plus lumineux. Watteau avait acquis le don de voir le monde en trois couleur, et de le restituer comme tel, dans les feuilles où l’œil du spectateur parvient sans peine à surmonter l’illusion et à reconstituer la vraie nature des choses et la vraie présence des êtres disparu.


Ses dessins:






































Pour Conclure


Watteau est l'une de mes références majeurs je trouve ses dessins fabuleux et magnifiques. Je n'avais encore jamais entendu parler d'un peintre qui considérait ses qualités de peintre inférieurs à ceux qu'il déployaient en dessinant. Watteau aurait laissé plus d'un millier de dessin, ils n'ont pas tous été retrouvé. La plupart des dessins visible sur l'article viennent du catalogue d'une exposition qui lui a été consacré. J'ai scanné les dessins puis effectué quelques modifications sur le recadrage et les niveaux sous Photoshop pour rendre le tout assez propre. Watteau passait son temps a dessiné et connut le succès de son vivant, ses peintures sont assez célèbres et très réussies. Néanmoins, c'était un peintre très exigeant et jamais véritablement satisfait. La plupart des citations viennent sur la personnalité de Watteau vient de l’ouvrage vies anciennes de Watteau qui rassemblent la plupart des textes contemporains de Watteau. Il cherchait à donner le meilleur de ce qu'il pouvait offrir malgré sa santé fragile.
Revenir en haut Aller en bas
 
Jean-Antoine Watteau, dit Antoine Watteau. Pour moi c'est WATTEAU tout court.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Anna et Antoine
» ANTOINE GIZENGA EST MORT
» Identification Marc Antoine / Octave
» Rufus, Marc Antoine et Lepide
» Le Dessin de Marc-Antoine Mathieu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CQFD 2049  :: What do you REALLY wanna know? :: Culture generale, ressources ::  Illustration, peinture, arts plastiques et graphiques-
Sauter vers: