CQFD
ce forum est desormais fermé
toute nouvelle inscription est impossible

je ne peux plus m'en occuper, et n'en ai plus la motivation sous cette forme disons
de plus beaucoup trop de liens sont mort et beaucoup de son contenu est obsolète a mes yeux
ce serait donc trop long de rectifier tout ça
je donnerai quelques conseils de temps autres si on me demande, depuis mon tumblr http://mylydy.tumblr.com/
merci a tous les participants qui ont contribué a son contenu (toujours accessible neanmoins)
merci a tout les modos et admin qui m'ont aidé a le faire se developper autant, ce fut une tres belle aventure!

tchao!
mylydy



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  Rechercher via GoogleRechercher via Google  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les Wachowskis et Matrix

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Major Amask
post d'or
post d'or


Messages : 182
Date d'inscription : 30/06/2015
Age : 23
Localisation : La taverne

MessageSujet: Les Wachowskis et Matrix   5/7/2015, 21:20

Salut la compagnie !

Alors moi je vais tenter de vous présenter les frère et soeur Wachowski ainsi que leur œuvre la plus célèbre, la trilogie Matrix : «Matrix», «Matrix Reloaded», et «Matrix Revolutions» suivis de «Animatrix», la série de courts-métrages d'animation autour de la trilogie.


Donc Laurence et Andy Wachowksi sont des réalisateurs américains, nés respectivement en 1965 et 1967 d'une mère peintre et infirmière et d'un père bussinessman.
Au lycée, d'anciens élèves se souviennent d'eux jouant au célèbre jeu de rôle «Donjons et Dragons» et travaillant au théâtre du lycée. Ils ont tous les deux abandonné leurs études avant d'avoir leur diplôme et se sont lancés dans une entreprise de construction tout en écrivant des comics pour Marvel Comics en 1993 avant de se lancer dans le cinéma en tant que réalisateurs 3 ans plus tard avec leur polar à huis-clos «Bound».

Et c'est de 1999 à 2003 qu'ils réalisent la trilogie Matrix :


Synopsis :

Thomas A. Anderson, un jeune informaticien connu dans le monde du hacking sous le pseudonyme de Néo, est contacté via son ordinateur par ce qu’il pense être un groupe de hackers. Ils lui font découvrir que le monde dans lequel il vit n’est qu’une façade, un monde virtuel dans lequel les êtres humains sont gardés sous contrôle.
Morpheus, le capitaine du Nebuchadnezzar, contacte Néo et pense que celui-ci est l’Élu qui peut libérer les êtres humains du joug des machines et prendre le contrôle de la matrice.

       Alors je vais essayer ici de mettre en évidence les différentes références et interprétations qu'il peut y avoir dans la trilogie Matrix (sans trop pousser la chose non plus, je ne pense pas avoir les connaissances requises ! ^^), car oui au-delà de la technique de tournage du «bullet time», l'effet de «caméra mobile» autour d’un sujet en mouvement ralenti, qui a fait son succès à sa sortie auprès du grand public, l’œuvre n'en reste pas moins un film bourré de questionnements philosophiques et religieux.


La Matrice et l'allégorie de la caverne :


     L’allégorie de la caverne est une l'allégorie très célèbre du philosophe Platon. Elle met en scène des hommes enchaînés dans une caverne de telle sorte qu'ils ne puissent se déplacer ni même tourner la tête qui n’ont jamais vu la lumière du jour, uniquement une lueur. On projette des ombres sur les murs par un feu allumé derrière eux et les ombres sont tout ce qui constitue leur réalité.
Un jour, un d’entre eux est libéré. Il est tout d’abord ébloui par la lumière du jour.
     Puis, lorsque ces yeux s’accommodent, il reconnaît ce qu’il voyait sous forme d’ombre dans la dite caverne. C’est alors là qu’il fait la «transition» entre le monde réel et le monde des idées. C’est-à-dire que ce qu'il tenaît autrefois pour réalité n'était qu’en somme une illusion, dans le sens où ce qu'il a vu n'était que des ombres. Cependant, pour les prisonniers qui sont demeurés dans la caverne toute leur vie, il est impossible d’imaginer que le monde dans lequel ils vivent depuis toujours est irréel et qu’il existe un second monde puisque celui-ci échappe à leur perception.
Et de même que dire de celui qui revient du monde extérieur pour tenter de libérer ses semblables ? Ils ne peuvent le croire, ce qu'il leur décrit n'est pour eux pas concevable, ils en ont même peur, ils préfèrent rester dans l'ignorance.
      Et bien on va le voir, dans la trilogie Matrix, le principe est quasiment le même : Dans les films, la matrice est un univers virtuel créé par les machines dans le but de cacher aux humains qu'ils sont des esclaves, on superpose la matrice à la réalité, pour leur donner l'illusion qu'ils sont maîtres d'eux-même alors qu'ils sont réduits à servir de ressource de bio-énergie quasi-infinie pour les machines, qui les cultivent, comme dans un champ en somme.
     On découvre donc la réalité du monde à travers les yeux de Thomas A. Anderson dans jours précédant son réveil, sous ouverture au monde réel et son rôle à jouer dans la lutte contre la matrice. On le connaît aussi sous le nom de Neo, le terroriste ou pirate informatique, et on remarque que c'est ainsi que sont présentés ceux qui ont réussi à se libérer de la matrice et qui y reviennent pour tenter de libérer d'autres humains :


« Toc, toc Neo. »

« Choisis la pilule bleue et tout s'arrête. »

      Ici, référence direct à l'allégorie de la caverne, et à la problématique du choix, que les volets suivants approfondiront. En effet on ne peut forcer quelqu'un à sortir de la caverne, ce doit être un choix.


« Les humains ne viennent plus au monde naturellement. Elles nous cultivent. »


« -Pourquoi j'ai mal aux yeux ? -Tu vois clair pour la première fois. »

       Là j'ai choisi ces deux plans parce que j'ai trouvé qu'ils illustraient to-ta-lement le moment dans l'allégorie où le prisonnier est ébloui par la lumière de la réalité et ici donc Neo est éblouit par les néons de la table d'opération pour le remettre de toute une vie de léthargie et le dialogue ne fait que le confirmer.
       Aussi dans la trilogie, les hommes et femmes libérées de la matrice tentent donc libérer les autres humains prisonniers, et doivent donc y retourner pour pouvoir intéragir avec eux et les convaincre.


De la supériorité de l'esprit sur le corps :

       C'est aussi ironiquement pour cela que dans la matrice on les fait passer pour de « dangereux pirates informatiques », parce que c'est justement ce qu'ils font : Ils s'introduisent de manière totalement « illégale » (en considérant l'ordre établi par les machines comme la loi) dans la matrice, et bien qu'ils ne soient dans ce monde que des projections de leur moi profond, la matrice retranscrit tellement bien la réalité que le cerveau ne serait plus capable de distinguer la frontière entre le virtuel et le réel. La mort dans la matrice induit donc une mort dans le monde réel.




« Libère ton esprit. »

        Dans cette scène Morpheus démontre à Neo le pouvoir de l'esprit sur le corps, là où la faiblesse de l'esprit devient une force, il utilise le fait que son corps soit soumis aux perceptions de son esprit, pour se transcender et faire ce qu'il ne pourrait faire dans le monde réel. Ni même dans la matrice car l'esprit est rationnel, c'est pour cela que le corps meurt, car l'esprit le croit, il est limité par les perceptions qu'il a de la réalité, mais si l'on a conscience de n'être qu'une projection, qu'est-ce qui contraint nos muscles s'il n'y a que l'esprit, et quelle force peut s'exercer sur l'esprit sinon ses propres limites ?


« Non. »

        Au cours de la narration où l'on apprend que Neo est considéré comme l'élu (Neo=One), le personnage principal applique ces principes à l'extrême, dans le sens où son esprit dépasse son corps mais finalement aussi son environnement, la matrice, sur lequel il peut agir selon des possibilités quasi-infinies car il est le seul à percevoir la matrice telle est qu'elle réellement lorsqu'il y est branché, un ensemble de code et de programmes qui singe les sensations du monde réel, chose que les autres ne peuvent que savoir mais pas intégrer réellement (leurs capacités sont limitées, ils peuvent mourir etc..), car c'est Neo est l'élu, il est alors capable de se débarrasser du programme Smith qui a une aversion particulière pour l'espèce humaine.

De la problématique de la prédestination et du choix :

     Dès le premier volet de la trilogie est donc introduit le personnage de l'Oracle, personne à l'intérieur de la matrice, qui a prédit la venue de l'élu, l'être qui aura le pouvoir de changer le code source de la matrice et ainsi libérer tous les hommes du joug des machines.

« Je vous proposerai bien de vous asseoir, mais vous préférez rester debout. »

     Ce personnage est censé connaître l'avenir, elle connaît à l'avance les choix qui se poseront devant les autres personnages et leurs résultats, chose qui est insupportable pour le héros qui dès les premières minutes le montre lorsqu'il dit :«Je n'aime pas l'idée de ne pas être aux commande de ma vie».
     On apprend dans le second volet que l'Oracle et l'histoire de la prophétie n'est en fait qu'un programme de contrôle de plus, en effet à la fin de « Matrix Reloaded », Neo rencontre le personnage de l'architecte, celui-là même qui a créé la matrice.

« La matrice est plus vieille que tu ne le crois. »

         L'architecte explique à Neo que la matrice telle qu'elle est maintenant n'en est pas à sa première «version», en effet la toute première matrice créée a été conçue comme parfaite et a été échec, il a donc créé le programme intuitif de l'Oracle qui avait pour tâche de sonder le psychisme humain.
Elle a donné la solution de l'élu. L'architecte se devait de se plier au déséquilibre qu'entraîne la liberté de l'esprit humain, son premier échec l'a prouvé, mais comment prendre en compte dans une équation un facteur comme la liberté ?
En créant l'élu il crée un être qui incarne la liberté par son existence même, pourvu du code source de la matrice il a le pouvoir d'en enfreindre les lois et de la modifier à sa guise. L'architecte retrouve donc devant une création qu'il se doit de laisser libre quand bien même elle entraîne des dysfonctionnements dans la matrice. Alors l'Oracle guide l'élu jusque l'architecte, qui le met devant un choix crucial pour la survie de l'humanité : aller à la source et «reload» la matrice (D'où le film), sinon les dysfonctionnements conduiront à son auto-destruction et l'extinction de l'espèce humaine, ou bien retourner dans la matrice pour sauver la femme qu'il aime.
L'amour qu'il éprouve pour Trinity et son aversion pour la destinée le poussent alors à retourner dans la matrice et la sauver au détriment de l'espèce humaine. Mais prenant en compte l'attachement de Neo pour Trinity, l'architecte résout son problème d'équation : parallèlement à cela le programme Smith qu'on pensait détruit par Neo, a subsisté et se multiplie dans la matrice jusqu'au point où il met en péril la survie et des machines et des humains qui y sont connectés dans «Matrix Revolutions». Neo retourne alors dans la matrice pour le combattre, combat qui entrainera leur destruction à tous les deux. Ainsi le code source de Neo est réintégré dans la Matrice et permet son «reload». Un ordre aboutit d'un chaos.
C'est pour cela que le dernier volet de la trilogie s'intitule : «Matrix revolutions» et non pas «Matrix Revolution», il ne s'agit pas d'un changement, mais de cycles, une révolution au sens astronomique du terme, chaque reload recommence inlassablement et donc enfin : les hommes sont esclaves des machines et le resteront probablement pour toujours.

L'esclave et le maître :

        Ainsi les humains sont voués à servir les machines pour toujours. Mais si on retourne le problème, on constate que sans les humains, les machines ne peuvent fonctionner.
En effet dans un des 9 courts-métrages qui constituent « Animatrix », «La seconde renaissance» est décrite la genèse de la matrice qui résulte du conflit entre l'homme et l'intelligence artificielle. Lors de ce conflit les hommes ont obscurcit le ciel par un procédé météorologique complexe afin de couper la source principale d'énergie des machines. Au lieu de cela les machines se sont tourné vers la source d'energie quasi-intarissable : la bio-énergie produite par le corps humain. Alors les hommes vaincus sont devenus esclaves des machines mais les machines sont devenues dépendantes des humains.
La dialectique d'Hegel insinue que l'esclave en transformant la nature, accède à l'objet, car il se transforme lui-même par le travail, tandis que le maître, accédant directement au bien, reste passif et donc extérieur au monde.
En effectuant la tâche à la place du maître, l'esclave domine le maître, car sans l'esclave, le maître ne sait comment se procurer l'objet convoité, il est donc incapable de transformer la nature. Les humains et les machines dans «Matrix» sont donc à la fois esclaves et maîtres les uns des autres. La Matrice offre à l'humain une illusion de contrôle, il est l'esclave, mais se croit le maître, cependant si la machine n’œuvre pas à ce que l'humain évolue dans un contexte qui le rende heureux et donc productif, alors elle ne peut exister, elle est donc elle aussi dominée par ses besoins et donc par ses esclaves, s'inscrit alors un rapport d'égalité. Le maître devient alors l'esclave de l'esclave.

En conclusion :

         On pourrait penser que c'est une fin un peu pessimiste mais je ne le crois pas. En effet, tout le long du film on revient à cette idée : peu importe le choix, il est déjà fait, ce qui compte c'est de comprendre pourquoi on le fait, c'est ce que nous ressentons, au fond que nous vivions dans une matrice dirigée par des machines, ce qui compte au fond : c'est que nous ressentons.

« Pourquoi, pourquoi j'ai pas pris la pillule bleue ?.. »


     J'ai choisi tout d'abord ces films parce que c'est un coup de cœur énoooorme, il y a plusieurs niveaux de lecture, les Wachowski se disent influencés par des réalisateurs comme Alfred Hitchcock, Francis Ford Coppola, Ridley Scott, Akira Kurosawa (Il est partout lui ou quoi ?), Stanley Kubrick, etc.. J'ai donc voulu souligner que ce n'était pas que des films de cascades, de combats et du CG, que toute cette technique et ces effets spéciaux servaient avant tout un propos et non pas l'inverse. Mais bon je prêche des convaincus de toute façon, n'est-ce pas ? ;)
Revenir en haut Aller en bas
Lifaens
fuck you, I'm Jackie
fuck you, I'm Jackie


Messages : 376
Date d'inscription : 07/06/2014
Localisation : Lille

Feuille de personnage
Nom ::
Description ::
PV:
7/7  (7/7)

MessageSujet: Re: Les Wachowskis et Matrix   5/7/2015, 23:13

3TGE

Bravo pour ce thread, je trouve ça extrêmement intéressant, c'est très bien expliqué et y a pas mal de choses a côté desquelles j'étais passé !

thanks bro ^^
Revenir en haut Aller en bas
http://pierrelesca.blogspot.fr/
Major Amask
post d'or
post d'or


Messages : 182
Date d'inscription : 30/06/2015
Age : 23
Localisation : La taverne

MessageSujet: Re: Les Wachowskis et Matrix   5/7/2015, 23:55

De rien c'est gentil haha, je suis très content que ça t'ai plu ! ^^
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Wachowskis et Matrix   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Wachowskis et Matrix
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Matrix
» Matrix [ Néo / Trinity ]
» Matrix Trilogy - Un topic pour ceux qui aiment les cuillères.
» cen matrix
» Matrix-Hifi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CQFD :: What do you REALLY wanna know? :: Et ta Culture, Mothafuka! ::  videos : (film ou series, animation , motion design,ou live action), analyses filmiques-
Sauter vers: