CQFD 2049
Bienvenu sur CQFD 2049 ! Un forum d'entraide et d’échange sur le storyboard, le cinéma, la narration, le dessin et toutes formes d'Arts en général, gratuit et ouvert a toute personne voulant se professionnaliser ou étant pro.

Nous essayons d'aider au mieux les gens, ce gratuitement. Nous sommes humbles mais voulons rester exigeant et lucide dans notre travail et voulons pousser les gens qui le souhaitent, dans cette même direction, dans le respect de leur personne bien sur. Merci de ne pas vous méprendre sur notre démarche.

Un maximum de sections sont accessibles sans inscription, en espérant que ça serve a plein de gens :)


Storytelling, Cinema, Dessin et Arts Narratifs
 
AccueilAccueil  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  Rechercher via GoogleRechercher via Google  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Francis Ford Coppola

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Major Amask
Unfairlycensored Modo
Unfairlycensored Modo
avatar

Messages : 228
Date d'inscription : 30/06/2015
Age : 24
Localisation : La taverne

Feuille de personnage
Nom ::
Description ::
PV:
7/7  (7/7)

MessageSujet: Francis Ford Coppola   Mer 8 Juil 2015 - 23:24

Francis Ford Coppola

Alors là je vais essayer tant bien que mal de vous résumer ce monument du cinéma et c'est pas simple  h,jgfhngbdvdcx :

Francis Ford Coppola est un réalisateur né le 7 avril 1939 à Détroit.

   Tout commence à ses 10 ans, il est bloqué chez lui à cause d'une polio, le bras gauche paralysé, il cherche à palier à son immobilité. Ce sera son imagination. Marionnettes, films en 8mm... Tout y passe pour satisfaire son esprit curieux et créatif. 
   Devenu adulte, il intègre le département cinéma de l'UCLA (University of California, Los Angeles). Il doit son premier contrat professionnel à Roger Corman, sous son égide, Coppola met en scène son premier long-métrage : 
« Dementia 13 », un thriller d'horreur.


   Après plusieurs films et scripts, le cinéaste débutant devient producteur en montant sa propre société à la fin des années 1960 : « American Zoetrope ». Son premier film en tant que producteur n'est autre que « THX 1138 », œuvre de jeunesse de son ami George Lucas.


   Pour autant, Francis Ford Coppola n'abandonne pas la réalisation. En 1971, il entame l’œuvre de sa vie selon moi, une trilogie épique sur la mafia italo-américaine : « Le Parrain ».


   Sorti en 1972, le premier épisode se classe d'emblée parmi les plus gros succès de l'histoire et remporte au passage plusieurs Oscars majeurs. Le succès laisse en tous cas les mains libres au réalisateur désireux de mettre en chantier son projet plus personnel : « Conversation secrète ».


   Thriller magistral, le film, sélectionné au Festival de Cannes, en repartira avec une Palme d'or. Comme ses amis et confrères (Spielberg, Scorsese, De Palma...), tous étoiles montantes du Nouvel Hollywood, Coppola veut révolutionner le cinéma américain...
   Son film suivant, qui sera aussi le plus éprouvant de sa carrière, contribuera beaucoup à la légende du cinéaste. Entamé en 1976, « Apocalypse Now » mettra 3 ans à voir le jour.


   Trois ans de tournage, de remontages, de catastrophes en chaîne (un ouragan omg), de banqueroute... A la clé, un film de guerre ahurissant, une expérience totale où rôde la folie furieuse. Seconde Palme d'or , logique tu me diras... Alors à ce moment là, seigneur hollywoodien et intouchable, Coppola peut se permettre tous les caprices financiers et artistiques. Il va même dénicher des talents avec « Outsiders » où il confie les premiers rôles à Matt Dillon, Patrick Swayze et Tom Cruise.


   Et après ça devient un peu plus compliqué.. Si son talent ne se dément pas, Coppola ne renoue que rarement avec le succès. Il enchaîne les projets coûteux, « Cotton Club » notamment, sa société frôle constamment la faillite. Chaque fois, le réalisateur s'en sort sur un bon coup financier comme avec sa version de « Dracula » par exemple.


   Mais, malgré les échecs, il reste avide de films gargantuesques comme par exemple son projet « Mégalopolis », où il voudrait capter l'essence même d'une grande ville (le scénario fait plus de 200 pages et effraie les studios à cause de son budget).
En 1997, il disparaît après le thriller judiciaire « L'Idéaliste » pour se consacrer presque entièrement à ses vignes.

   
   En 2007, il tourne « L'homme sans âge », dans lequel un vieux professeur de linguistique, frappé par la foudre et rajeuni miraculeusement, fuit les services secrets des pays du monde entier.


   Deux ans plus tard, il renoue même avec son passé cannois,  présentant dans le cadre de la Quinzaine des réalisateurs son nouveau film, « Tetro », drame familial situé entre New York et Buenos Aires.


   Il est le président d'honneur du 37e Festival du cinéma américain de Deauville en septembre 2011. La même année, il réalise « Twixt ».


   Le film n'est projeté que dans quelques festivals comme Toronto et Turin, avant de sortir dans quelques pays en 2012 et le 6 mai 2015, il reçoit le Prix Princesse des Asturies, le plus prestigieux des prix espagnols qui récompense des travaux d'envergure internationale.

   Il dit dans une interview qu'il faut faut à un moment ou à un autre « se suicider, ressusciter avec de nouveaux yeux » dans le sens ou il a besoin d'un regard neuf, c'est pour ça qu'il lui-même de « Tetro » et « Twixt » que ce sont des films « d'étudiant », qu'il a entièrement écrit et produit.
Il dit pourtant qu'il s'apprête à renouer avec les gros budgets, qui croisent les époques et les générations afin de « capturer l'essence du siècle qui vient de s'écouler ».
   Les thèmes explorés chez Coppola sont vastes et nombreux, mais on retrouve quand même certaines similitudes d'un film à l'autre : l'homme confronté à la perversion du pouvoir politique ou mafieux, la violence, l'expiation, la rédemption, la catharsis, la désagrégation de la cellule familiale, la jeunesse désœuvrée, la mort et la folie. On remarque également une certaine obsession pour le temps ou l'éternité horrible d'une âme dans sa quête d'un amour perdu avec « Dracula ».

   Personnage fantasque, mégalomane et démesuré, on le surnomme parfois à juste titre « le Napoléon du cinéma ». D'ailleurs, Coppola revendique ce rapprochement, d'un orgueil monstrueux que n'ont pas atténué les échecs, il ne laisse jamais indifférent, il se montre volubile, arrogant, extraverti, il n'hésite pas à être aussi exigent avec les autres qu'avec lui-même pour mener sa propre ambition et « Apocalypse Now » est certainement le film qui a transcendé cette nature pour devenir un chef-d'œuvre cinématographique sur la folie et la guerre.

-


"Le Parrain"


     J'ai pensé que ça serait une bonne idée d'analyser la première scène, je la trouve très représentative, très forte scénaristiquement, c'est vraiment une scène qui vous plonge net dans le sujet, on comprend tout de suite le ton du film et c'est juste troooop fou.

Mais on commence par le synopsis (Oui oui je vous fais cet affront haha) :

     En 1945, à New York, les Corleone sont une des cinq familles de la mafia. Don Vito Corleone est "parrain" de cette famille. Sollozzo, " parrain " de la famille Tattaglia, propose à Don Vito une association dans le trafic de drogue, mais celui-ci refuse. Sonny, un de ses fils, y est quant à lui favorable.Afin de traiter avec Sonny, Sollozzo tente de faire tuer Don Vito, mais celui-ci en réchappe. Michael, le frère cadet de Sonny, recherche alors les commanditaires de l'attentat et tue Sollozzo et le chef de la police, en représailles.
     Michael part alors en Sicile, où il épouse Apollonia, mais celle-ci est assassinée à sa place, il apprend aussi que son frère Sonny a été assassiné. De retour à New York, Michael se prépare à devenir le successeur de son père...

La scène d'ouverture :



     Coppola montre dans cette scène d’exposition comment le pourvoir mafieux s’exerce et cette représentation aboutira à la création d’une icone générique faisant autorité : le parrain.
    Dès la première image du "Parrain", le ton, au sens d’une note musicale, est donné. L’ambiance feutrée du bureau du Don (Marlon Brando, superbe, génial, les mots manquent) présente au public le pouvoir qu’il a su mettre en place et la puissance que dégage cette organisation « parallèle » personnifiée par le Parrain. Cette personnification de la puissance du mafioso nous est donnée par la mise en scène effectuée par l’auteur du film. En effet, Coppola commence son histoire par un gros plan. À l’écran, surgit de l’obscurité le visage d’un homme, Bonasera venu le jour du mariage de la fille du Parrain demander vengeance pour sa fille qui dit-il a été « battue comme un animal  » parce qu’elle n’a pas voulu perdre son honneur lorsque son petit ami et un copain ont décidé d’abuser d'elle. 

    La première image animée du film est un travelling arrière de trois minutes. Cette image produit la perception du regard du pouvoir incarné par Don Corleone et donne le caractère proprement emblématique de l’enjeu du film. En effet, le plan commence sur le visage de Bonasera. Puis l’objectif recule, quasiment imperceptible, afin de laisser apparaître cet homme seul, au fond de la pièce. Bonasera est dominé par le regard subjectif du Parrain. Coppola montre la personnification du pouvoir de dos, une masse impressionnante qui occupe la majeure partie de l'écran. À la fin du travelling, l’image compose l’espace en deux espaces : l’un en arrière-plan, soumis au jugement de celui au premier plan. Le personnage vu de dos au premier plan est en somme toute la représentation du pouvoir de ce milieu criminel. Et on se demande l'identité du personnage sans vraiment se demander, on s'en doute au final mais mon dieu que c'est bien fait, en fait c'est le long travelling a créé une attente.

   Dans cette mise en scène d’un rituel mafieux, qui est ici donné aussi par le monologue de Bonasera, on nous dévoile, suggère, la structure établie, quasiment étatique, de la Mafia sicilienne. Les codes de la Mafia imposent à tous de venir quémander une protection au Parrain. Et pour Bonasera, c’est la possibilité de sortir de la honte et de retrouver le « droit » chemin de la justice. 
   C’est dans ce contexte d’allégeance par rapport au pouvoir mafieux qu’il faut comprendre le monologue de Bonasera. N'importe qui regarde cet extrait, même sans son, comprend très bien ce qui se passe ici. Un homme vient se soumettre à un pouvoir en place. L’univers qui est montré en prologue du film évolue dans l’obscurité d’un bureau alors que l’action se déroule en pleine journée, le jour du mariage de la fille du Parrain. Bonasera demande réparation pour l’outrage dont a été victime sa fille et sa famille. La perception qu'on a de l’ambiance criminelle dans laquelle évolue les protagonistes est le fruit d’un montage entre la musique et le travail photographique qui inscrivent auditivement et visuellement le film dans le genre du film noir.             L’obscurité du bureau manifeste par extension l’image de ce monde illégal, le monde criminel de la Mafia n’est pas médiatisé, mais il agit, tue, achète et négocie dans la pénombre. C’est ce que le message conçu et élaboré par Coppola dans cette première scène du Parrain nous révèle.
   Je vais terminer sur une petite anecdote qui m'avait sourire sur cette scène. On voit Don Corleon jouer avec un petit chat pendant qu'il parle avec Bonasera, c'est plutôt bien amené je trouve, ça renforce certains aspects du parrain, il y a comme une similitude entre lui et l'animal, le côté innocent et fascinant en apparence, mais rusé et prédateur impitoyable, et ça on l'oublie facilement :D. Et bien ce chat traînait sur le tournage, il n'était pas du tout prévu dans le script. Coppola l'a mis dans les bras de Brando et hop voilà.
 Juste génial, je vous le conseille vivement :)


Dernière édition par Major Amask le Jeu 9 Juil 2015 - 19:49, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Major Amask
Unfairlycensored Modo
Unfairlycensored Modo
avatar

Messages : 228
Date d'inscription : 30/06/2015
Age : 24
Localisation : La taverne

Feuille de personnage
Nom ::
Description ::
PV:
7/7  (7/7)

MessageSujet: Re: Francis Ford Coppola   Jeu 9 Juil 2015 - 11:04

Je pense que j'ai fait le tour du monsieur là sedrftgyhujikol
Revenir en haut Aller en bas
mylydy
fotdefraPAdmin
fotdefraPAdmin
avatar

Messages : 8635
Date d'inscription : 22/12/2010
Age : 35
Localisation : salle du temps

Feuille de personnage
Nom ::
Description ::
PV:
0/999  (0/999)

MessageSujet: Re: Francis Ford Coppola   Jeu 9 Juil 2015 - 18:42

merci pour tout :)
est ce que tu pourrai mettre des extraits videos sur le forum de qq un de ses films, trailer ou sequences marquantes, genre au moins 5 sil te plait?
et si tu en voit, met qq lien vers des pages parlant de maniere plus approfondie de ses film (ca peut etre des videos danalyse de ses films ca serait meme lideal
enfin copie colle depuis wikipedia sa bio enfin un bout et sa filmo complete stp merci beaucoup

lidee du forum c de parler de narration, de cinema , dinciter au max a etre curieux donc mettre un max de videos permettra un acces direct a loeuvre du monsieur :)
donc hesite pas a privilegier les videos pour donner envie au max :)
 entre ca  les watcho,et ghost in the shell tu aura suffisament participé merci!!
Revenir en haut Aller en bas
http://mylydy.tumblr.com/
Major Amask
Unfairlycensored Modo
Unfairlycensored Modo
avatar

Messages : 228
Date d'inscription : 30/06/2015
Age : 24
Localisation : La taverne

Feuille de personnage
Nom ::
Description ::
PV:
7/7  (7/7)

MessageSujet: Re: Francis Ford Coppola   Jeu 9 Juil 2015 - 19:40

Haha tu m'as encore pris en plein édit de post !  ohnoo
J'ai ajouté une petit analyse l'intro du parrain, désolé pour la qualité des screens, je l'ai pas en HD celui-là  TERTTR3./?N

J'étoffe avec des trailers des autres films okay ! :)

EDIT : Merci à toi ! Enfin !    happy
Revenir en haut Aller en bas
mylydy
fotdefraPAdmin
fotdefraPAdmin
avatar

Messages : 8635
Date d'inscription : 22/12/2010
Age : 35
Localisation : salle du temps

Feuille de personnage
Nom ::
Description ::
PV:
0/999  (0/999)

MessageSujet: Re: Francis Ford Coppola   Jeu 9 Juil 2015 - 19:48

haha merci pour tout c vraiment genereux tt ces thread :)
tu as acces a tt le forum je te precise  hein, ton pseudo est devenu bleu^^ tu as admis a vie desormais yoloo sfsdfsdfsdfsdfsdf
Revenir en haut Aller en bas
http://mylydy.tumblr.com/
Major Amask
Unfairlycensored Modo
Unfairlycensored Modo
avatar

Messages : 228
Date d'inscription : 30/06/2015
Age : 24
Localisation : La taverne

Feuille de personnage
Nom ::
Description ::
PV:
7/7  (7/7)

MessageSujet: Re: Francis Ford Coppola   Jeu 9 Juil 2015 - 19:55

OWI OWI  iyutedgdg iyutedgdg iyutedgdg

On va fêter ça avec Sanjuroo, parce que Yojimbo c'était fouuu  I love you
Pourquoi on me conseillait Captain america et pas ça ?  Shocked
Revenir en haut Aller en bas
mylydy
fotdefraPAdmin
fotdefraPAdmin
avatar

Messages : 8635
Date d'inscription : 22/12/2010
Age : 35
Localisation : salle du temps

Feuille de personnage
Nom ::
Description ::
PV:
0/999  (0/999)

MessageSujet: Re: Francis Ford Coppola   Jeu 9 Juil 2015 - 19:58

looool bonne question^^
Revenir en haut Aller en bas
http://mylydy.tumblr.com/
Sovelis
Paprikadmin
Paprikadmin
avatar

Messages : 3612
Date d'inscription : 12/01/2012
Age : 24
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Francis Ford Coppola   Ven 10 Juil 2015 - 10:36

merci pour les threads :) beau boulot

- - - - - - - - - - - - - - -
Revenir en haut Aller en bas
http://nathanotano.blogspot.fr/
Major Amask
Unfairlycensored Modo
Unfairlycensored Modo
avatar

Messages : 228
Date d'inscription : 30/06/2015
Age : 24
Localisation : La taverne

Feuille de personnage
Nom ::
Description ::
PV:
7/7  (7/7)

MessageSujet: Re: Francis Ford Coppola   Ven 10 Juil 2015 - 14:31

Ça m'a fait très plaisir pas de problème ! :)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Francis Ford Coppola   

Revenir en haut Aller en bas
 
Francis Ford Coppola
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CQFD 2049  :: What do you REALLY wanna know? :: CINEMA , Storytelling, Scriptwritting, Storyboarding-
Sauter vers: