CQFD 2049
Bienvenu sur CQFD 2049 ! Un forum d'entraide et d’échange sur le storyboard, le cinéma, la narration, le dessin et toutes formes d'Arts en général, gratuit et ouvert a toute personne voulant se professionnaliser ou étant pro.

Nous essayons d'aider au mieux les gens, ce gratuitement. Nous sommes humbles mais voulons rester exigeant et lucide dans notre travail et voulons pousser les gens qui le souhaitent, dans cette même direction, dans le respect de leur personne bien sur. Merci de ne pas vous méprendre sur notre démarche.

Un maximum de sections sont accessibles sans inscription, en espérant que ça serve a plein de gens :)


Storytelling, Cinema, Dessin et Arts Narratifs
 
AccueilAccueil  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  Rechercher via GoogleRechercher via Google  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 David Lynch

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
doppelganger
Framboisier
Framboisier
avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 10/02/2016
Age : 21

MessageSujet: David Lynch   Sam 13 Fév 2016 - 12:49

David Lynch

David Lynch est né en 1946, il est avant tout réalisateur mais il est aussi musicien, peintre, bref, très polyvalent. Lynch à un rapport assez spécial à ce qu"il produit, il a toujours refusé d'expliquer ses films, la raison principale c'est qu'il considère que son travail doit être ressenti avant d'être compris. Chaque personne a quelque chose à donner par son interprétation, et il veut pas limiter ses films à une vision unilatérale. 

Il a réalisé Mulholland Drive, Elephant Man, la série Twin Peaks pour les plus connus et Eraserhead, Lost Highway, Blue Velvet, Sailor et Lula, Dune, Une histoire vraie et Inland Empire, des courts métrages, et Dumbland (une série d'animation).

Une des choses les plus caractéristiques du cinéma de Lynch est son attrait pour le « jeu des réalités ». De fait, Lynch, dans son œuvre, propose presque toujours a son spectateur de le perdre en lui présentant une œuvre qui contient plusieurs « niveaux » de réalités ou de  dimensions. Le rêve est un élément central dans ses films. Que ce soit dans Twin Peaks ou dans Mulholland Drive il es toujours du devoir du spectateur de retracer la continuité de l'histoire (du coup regarder un film de Lynch c'est toujours un peu perturbant et frustrant à la fois)

Je vais ici me concentrer sur Mulholland Drive, Twin Peaks et Ereaserhead (le dernier que je recommande tout particulièrement, c'est son premier film, il est parfait pour comprendre l’œuvre de Lynch, ce qui va être prédominant chez lui, et puis esthétiquement c'est de la bombe, un peu comme tout ce que fait Lynch (j'avoue être légèrement fanatique sur les bords), les plans et le montage surtout méritent qu'on s'y attarde un peu (beaucoup en fait). 

Ce qui est surtout très intéressant c'est comment, par la technique, Lynch fait ressentir ce "changement de dimension" justement, à son spectateur. Et parfois on peut être très perturbé par une scène sans savoir pourquoi, souvent c'est par ce que Lynch déconstruit les codes narratifs "classiques".




Mulholland Drive





Mulholland Drive, sorti en 2001, comme avec l'histoire d'un accident, celui du personnage de Rita. Rita, qui y survit à cet accident, va aller chercher refuge dans la ville de Los Angeles. Rita va par la suite rencontrer Betty, un jeune femme pétillante venu chercher la gloire dans les studios hollywoodiens. Les deux jeunes femmes vont alors développer une relation amicale qui va se métamorphoser par le suite. On peut distinguer deux parties dans ce film. La première raconte l'histoire de Rita et de Betty alors que la seconde va raconter celle de Diane et de Camilla. (Comme il y a vraiment énormément de choses à dire sur ce film, je pense faire un thread qui lui est spécialement dédié)

David Lynch, dans une interview sur Mulholland Drive:



Citation :

Journaliste: Quel est le thème de ce film?

David Lynch: "Samy, je ne parle jamais de "thèmes". Hmm, vous savez un film quand il est fini, lorsque tous les éléments ont l'air complets et aboutis. C'est ce qui sort. S'il est "abouti", dans mon esprit, on ne devrait pas en parler d'avantage. Il est fort dommage, selon moi, que quelque chose soit fini et après, que les gens veuillent que vous le traduisiez à nouveau en mots. C'est quelque chose qui ne marchera jamais, ça ne retournera jamais en mots, et ça ne sera jamais l'équivalent du film. Ce serait comme décrire un morceau de musique, on n'entend pas la musique, on ne fait que voir des mots"

"Certains films peuvent avoir un thème. Mais même s'il y a un thème, il peut être variable selon les différentes personnes qui le regardent. Le mieux est de laisser les gens, contracter leurs propres idées ayant vu, et expérimenté le film".


https://www.youtube.com/watch?v=gf1sfVpw9OY




Twin Peaks



Alors Twin Peaks, pour ceux qui aiment les univers dérangeants c'est vraiment patate. Cette série qui a été diffusée en 1990 s'introduit avec le meurtre d'une jeune lycéenne ; Laura Palmer. Durant les deux saisons de la série on suit l'agent Cooper et le Shérif Truman qui vont tenter de reconstruire les conditions du meurtre de Laura. Au fil de la série on apprend à connaître tous les joyeux habitants de la ville de Twin Peaks. Le spectateur découvre alors que derrière l'apparence paisible des habitants de cette ville, se cache un goût pour le mensonge et pour la trahison (Lynch joue énormément avec l'aspect des séries B de l'époque, type Amour, gloire et beauté). Après avoir pointé une première illusion propre à la ville de Twin Peaks, va s'en dévoiler une autre...


L'illusion, est un thème caractéristique pour David Lynch, par ce qu'il englobe aussi bien le rêve que le cinéma lui même, ou encore notre réalité propre. Après tout on ne peut jamais être certain de se qui peut se cacher dans leurs coulisses...
En 1992, est sorti le film Twin Peaks : Fire Walk with Me, bien que la série ai eu un énorme succès le films a fait très peu d'entrées....sauf au Japon.
Aujourd'hui nous sommes en 2016 et la troisième saison de la série est en cours de réalisation, 25 ans après... (youpi)

 

Ereaserhead 




Ereaserhead, sorti en 1977, raconte l'histoire d'Henry Spencer, de sa femme et celle de son enfant. On apprend très vite que le nourrisson d'Henry est un mutant. Le film met surtout en scène un personnage totalement perdu (Henry) et qui tente de trouver ses marques dans une réalité qui le terrifie et le dépasse.

Quelque part il y a quelque chose de fondamentalement comique dans ce film alors que pourtant il est très gênant. Henry a quelque chose d'un enfant maladroit qui découvre le fait que ses actes ont des conséquences, qu'il a des désir et qu'il y a pleins de choses qu'il ne comprends pas. En termes d'animation il peut être une personnage intéressant à analyser.

On y retrouve aussi les grands thèmes lynchéens (je ne sais pas si ça se dit mais ça sonne bien ) ; le rêve biensur, le personnage un peu flippant qui regarde la réalité d'en haut (comme le type qui se cache dans les poubelles dans Mulholland Drive), et sur lequel on ne sait pas grand chose, le thème du double et celui de l'illusion. On peut noter que dans les scènes de rêves (ou de réalité alternative) proposées par Lynch il y a toujours cette fameuse scène et ces rideaux en velours qui viennent nous dirent que nous ne sommes pas là ou nous croyons êtres mais véritablement dans un théâtre. C'est un décor qu'on retrouve dans Twin Peaks (pendant les scènes du rêve) et aussi dans Mulholland Drive (dans la scène du Silencio).


Petite anecdote: On a jamais su comment le poupon maléfique a été fait pour les besoins du film. Lynch n'a jamais voulu en révéler le secret. Il y a tout de même quelques théories qui ont étés formulées. Certains on émis la théorie selon laquelle le fœtus aurait été fait à partir d"un lapin dépecé.

Pour pleinement entrer en matière vous trouverez ici une (très) bonne analyse de Ereaserhead; https://www.clubdesmonstres.com/eraserhead.htm






Pour ceux qui aiment tout ce qui fait un peu flipper, les travellings dans des couloirs obscurs, les donuts, les fœtus lépreux, les scènes de fesses sur fond de rammstein,  c'est un réalisateur que je recommande (à tous en fait) , que ce soit au niveau de l'originalité de l'histoire que de la technique il peut vraiment apporter pleins de choses!



Dernière édition par doppelganger le Lun 15 Fév 2016 - 0:46, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Boxioul
Rémy
Rémy
avatar

Messages : 159
Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 22
Localisation : entre le désespoir et un truc plus cool

Feuille de personnage
Nom ::
Description ::
PV:
7/7  (7/7)

MessageSujet: Re: David Lynch   Dim 14 Fév 2016 - 10:39

L'univers de lynch plastiquement c'est du génie. Au delà de toute considération au niveau du goût il faut connaître sa filmographie. C'est grâce à lui que j'ai pu comprendre les notions de styles chez un réalisateur mais aussi et surtout comprendre qu'il existe un pacte entre le créateur et le spectateur (du moins c'est grâce à son travail que j'ai pu concevoir cet aspect du cinéma). 

Devant les films de David lynch, on est rarement passif (du moins dans mon cas) et cela s'illustre par la complexité auquel le spectateur doit faire face s'il ne veut pas se perde devant le nombre incommensurable de choses qu'on lui présente. Je pense notamment, aux doubles sens et les plusieurs niveaux de lectures assimilés à son travail. Son cinéma te pousse expressément à la réflexion, aux tentative de résolution une fois passé le côté what the fuck des images et de l'univers qu'on te propose. 

Il me semble que le terme lynchéen se dit dans la mesure où c'est vraiment des images reconnaissables entre mille, tout comme son style, mais ça reste à vérifier.

David Lynch est très populaire chez les artistes plasticiens et avant d'être reconnue comme cinéaste il est connu en tant qu'artiste. Et je pense que c'est important de le souligner. Au départ il voulait devenir peintre et pas du tout cinéaste. Comme tu le dis Lynch passe son temps a défoncer à coup de marteaux les codes de la narration classique et de la structure des scénarios aussi.Mais son message est toujours clair, les thèmes qu'ils abordent sont parfaitement intelligible et si on comprend ce qu'il veut dire. Ce n'est pas un fumiste au premier degré qui se complexifie la vie pour simplement dire "je fais de l'art" "regardez c'est zarb et personne ne comprend=c'est forcément de l'art" et il me semble qu'il fait parti de ceux qui poussent le cinéma à vers d'autres contrées. La complexité de son univers est une nécessité et c'est justifié puisqu'il parle de trucs vraiment compliqué en fait ça se tien de ce point de vue x). D'ailleurs cette image a été reprise de nombreuse fois chez les plasticiens:

Dans le cas des artistes plasticiens cette image dévoile beaucoup d'éléments (même si cela suppose au préalable de connaître la série twin peaks pris dans certains cas comme un hommage ou une référence). On comprend d'emblée que la proposition plastique proposé par l'artiste est une expérimentation. Ou même la variation de quelque chose que le spectateur connait ou pense connaître. L'artiste dit en gros "je peux faire autre chose avec l'art tout comme twin peaks l'a fait avec le cinéma dans le cadre des séries".

Le son est un composant très important dans son travail aussi, je me rappelle du générique de twin peaks mais également de ce son particulier dans Eraserhead qu te hante du début à la fin du film. Chez David Lynch le son est un élément déterminant dans la mise en scène.

Merci d'avoir fait un article sur David Lycnh en tout cas :), c'est super cool.

Il a aussi réalisé Dune que je n'ai pas encore vu. Je me permets de mettre un lien vers une vidéo qui en parle plus longuement pour ceux et celles qui sont intéressés.
Revenir en haut Aller en bas
doppelganger
Framboisier
Framboisier
avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 10/02/2016
Age : 21

MessageSujet: Re: David Lynch   Dim 14 Fév 2016 - 11:41



Merci pour les infos! j'ai complètent zappé de parler du son, tu as raison il est hyper important! Je met un petit extrait pour donner le ton:



J'ai pas encore regardé Dune, mais l'atmosphère "spaghetti de l'espace" à l'air plutôt sympathique, surtout qu'il sort du cadre lynchées  type (une réalité perturbée mais pas pour autant fictive).

Citation :
"Mais son message est toujours clair, les thèmes qu'ils abordent sont parfaitement intelligible et si on comprend ce qu'il veut dire. Ce n'est pas un fumiste au premier degré qui se complexifie la vie pour simplement dire "je fais de l'art" "regardez c'est zarb et personne ne comprend=c'est forcément de l'art" et il me semble qu'il fait parti de ceux qui poussent le cinéma à vers d'autres contrées. La complexité de son univers est une nécessité et c'est justifié puisqu'il parle de trucs vraiment compliqué en fait ça se tien de ce point de vue x)"
 En grande partie d'accord avec toi là dessus, j'ai l'impression que beaucoup de gens n'acceptent pas l'idée qu'un real puisse avoir une pensée extrêmement profonde et complexe (sur l'esprit notamment et la nature des idées pour Lynch) et qu'il veuille la transmettre aux autres, ça devient directement du wtf (comme tu dit). Enfin c'est toujours facile de plaquer son incompréhension sur quelque chose qui dépasse nos connaissances.

C'est vrai qu'il pousse le cinéma très loin, c'est une certitude même, d’où la nécessité de connaitre son œuvre.

Après même si ce n'est certainement pas un fumiste, ses films sont vraiment faits pour donner libre court à l'interprétation du spectateur. J'ai l'impression que le fait de ne pas toujours comprendre fait partie intégrante de ses films.


Dernière édition par doppelganger le Lun 15 Fév 2016 - 0:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Boxioul
Rémy
Rémy
avatar

Messages : 159
Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 22
Localisation : entre le désespoir et un truc plus cool

Feuille de personnage
Nom ::
Description ::
PV:
7/7  (7/7)

MessageSujet: Re: David Lynch   Dim 14 Fév 2016 - 13:32

doppleganger a écrit:
Après même si ce n'est certainement pas un fumiste, ses films sont vraiment faits pour donner libre court à l'interprétation du spectateur. J'ai l'impression que le fait de ne pas toujours comprendre fait partie intégrante de ses films.
 Finalement on est d'accord sur ce point :).
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: David Lynch   

Revenir en haut Aller en bas
 
David Lynch
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CQFD 2049  :: What do you REALLY wanna know? :: CINEMA , Storytelling, Scriptwritting, Storyboarding-
Sauter vers: