Storytelling, Dessin et Arts Narratifs
 
AccueilAccueil  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  Rechercher via GoogleRechercher via Google  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Matthew Vaughn [Kingsman, Kick Ass...]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
incolore
Framboisier
Framboisier
avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 17/04/2016

MessageSujet: Matthew Vaughn [Kingsman, Kick Ass...]   21/4/2016, 17:40



/!\ Les extraits vidéos de cet article présente des scènes violentes déconseillés au moins de 12 ans

On va ici parler de Matthew Vaughn, un réalisateur/producteur/scénariste anglais né en 1971. Il a commencé à rencontrer un franc succès populaire avec Kick-Ass, l'adaptation du comic de Mark Millar. Il a ensuite enchaîné avec X-Men le commencement, puis il a montré à la face du monde Kingsman. Dont je parlerais en détail par la suite. Et là actuellement il travail sur Kingsman 2.

Là où je trouve ce réalisateur intéressant, c'est en partie dans son travail d'adaptation.

Par exemple, il a du réaliser Kick Ass au moment où le MCU (Marvel Cinetic Univers) commençait à se déployer (Iron Man date de 2008), la machine hollywoodienne était donc déjà calibré sur des films tout public, et prendre des choix un peu trop audacieux peut vite avoir des conséquences fâcheuses pour les studio (cf les polémiques du dernier Batman vs Superman, jugé trop sombre, ou encore de Suicide Squad, dont les studios ont préféré rassuré le public en informant qu'ils allaient rajouter des scènes comiques).

Et là, notre bon Matthew Vaughn débarque en adaptant ceci :



Une oeuvre qui va à l'encontre de toutes les règles des codes de super héros : loin d'un capitaine america glamour et héroïque, l'histoire nous présente Dave, un nerd paumé dans sa vie qui veut jouer aux héros masqués, quitte à en découdre avec des types très louches. Mais bien entendu, les choses déraillent très vite, et aucun homme en collant ne débarquera du ciel pour le sauver...froid, trash, violent, amorale et à la limite du parodique, Kick Ass bouscule ses lecteurs et n'hésite pas à faire couler le sang, tout en campant des personnages bourrés de véritables défauts.

Dés lors, adapter une oeuvre pareille pour un public habitué aux films de super héros "sages" était compliqué. 



Et pourtant, miracle, il arrive à se rendre très accessible sans trahir l'oeuvre de base. Il conserve le propos mais il opère plusieurs changement pour parler d'avantage aux gens. Par exemple, le personnage de Big Daddy, qui dans le comic ressemble limite à un psychopathe, se retrouve affublé d'une tenue rappelant furieusement Batman, figure populaire par excellence.

Il ré-écrit aussi la motivation de certains personnages pour atténuer le côté glaçant du scénario d'origine.

Et quand à la question de la violence, il s'appuie sur une OST dés plus entraînante. Et mine de rien, un bon usage de la musique peut tout changer, comme par exemple cette scène:



ça commence par une musique digne de Ennio Morricone, tout en conservant de l'humour avec la dégaine des personnages, et ça enchaîne sur de la musique rock histoire de décomplexer les fusillades et les gerbes de sang. 

Même la manière de filmer est pertinente, si vous prenez la vidéo à 00:59, vous verrez que le rythme de la musique est raccord avec les plans montrant l'expression des personnages, la sonorité monte en puissance, on sait que ça va éclater, on a un plan rapproché sur Hit Girl, la musique s'arrête...et boom, nouvelle musique rock et la tuerie commence.

Et le découpage est une leçon, c'est fluide, progressif, on voit chaque réaction, c'est parfaitement compréhensible du début jusqu'à la fin.

Et on en arrive au deuxième point qui fait que je trouve que Matthew Vaughn est un réalisateur à suivre: sa manière de filmer déploie une énergie que j'ai rarement vu dans des films d'actions. Et pour illustrer mon propos, on va parler de Kingsman, réalisé en 2015.



Oui oui, c'est avec Colin Firth, l'acteur qui campait un personnage manquant d'assurance dans le discours d'un roi. Le casting compte en plus Samuel L.Jackson (Pulp Fiction) et Michael Caine. Rien que ça.

Kingsman donc, suit les aventures de Eegsy, un jeune délinquant qui est en constant conflit avec son beau père violent et les forces de l'ordre. Après avoir volé une voiture, il se fait remarquer par Harry, un ami de son père décédé. Harry se révèle être un agent secret, et il voit en Eegsy un agent au très fort potentiel. Commence dés lors une histoire d'espionnage dés plus atypique...

Tout comme Kick Ass, Kingsman est l'adaptation d'un comic de...Mark Millar. Et pour une fois, le film est bien plus trash que le comic. Peut être est ce du au fait que Matthew Vaughn a fait ses preuves avec des films un peu plus "bourrins".

Toujours est il que le film a connu un fort succès populaire, et sur tout les forums, dans toutes les discussions autour du film, il y aura toujours quelqu'un pour dire "la scène de l'église était dingue".

Si vous souhaitez vous préserver à 100% de tout spoil, je vous invite à quitter votre lecture et à foncer voir le film. Si vous êtes quand même trop curieux, voici la fameuse scène en question. On en reparle après :



J'ai du la voir 10 fois, elle me met toujours sur le cul.

Cette séquence présente un triple plan séquence. Pour rappel, un plan séquence est un long plan qui ne comporte aucune coupure. Le premier commence à 00:47. Voyez comment la caméra fonce dans le tas avec le personnage principale, tout en restant fluide. C'est violent mais compréhensible, intense mais facile à suivre. 

Et c'est là où j'admire profondément Matthew Vaughn. Les plans séquences peuvent dés fois être perçu comme étant de la frime, les mauvaises langues diront même que c'est un prérequis pour décrocher un oscar et autres césars dans des événements comme le festivals de canne.

Mais dans Kingsman, ça arrive comme une bombe, ça illustre la férocité et l'importance de cette scène, en terme de cinéma technique c'est soigné de manière folle, et surtout ça arrive avec un bon rythme, l'histoire décolle doucement, c'est ponctué de scènes d'actions tout en faisant évoluer les personnages et en faisant avancer l'intrigue, les enjeux gagnent en importance et BAM, ça arrive.

Pour vous donner une idée de comment cette séquence a été tournée, je vous invite à visionner cette vidéo:



à partir de 13:00, vous verrez des extraits du tournage, et en terme d'action pure, j'ai rarement été autant impressionné; 

Et le plus beau dans tout ça, c'est que le reste du film demeure divertissant avec une astuce narrative dés plus efficace. 

Et encore une fois, la musique détonne. Pour info, c'est Free Bird qu'on entend dans cette scène, les paroles créant une ironie dés plus appréciable. Le reste de l'OST délivre des thèmes efficaces. 



Pour conclure, je vous invite à rester confiant pour Matthew Vaughn. Ne vous fiez pas à 100% aux bandes annonces ou au fait que ça a l'air d'être un énième film d'action. C'est un réalisateur qui ira jusqu'au bout des limites du système blockbuster, et on en a bien besoin encore aujourd'hui. 

Pour rappel, Deadpool avait aussi été sujet à polémique, certaines personnes se plaignant qu'un film de super héros soit interdit au -16 au lieu d'être tout public, et tout l'enjeu du film tournait autour de la question d'adaptation.
Revenir en haut Aller en bas
 
Matthew Vaughn [Kingsman, Kick Ass...]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CQFD 2049  :: What do you REALLY wanna know? :: Culture generale, ressources :: Cinema, analyses filmiques-
Sauter vers: