CQFD 2049
Bienvenu sur CQFD 2049 ! Un forum d'entraide et d’échange sur le storyboard, le cinéma, la narration, le dessin et toutes formes d'Arts en général, gratuit et ouvert a toute personne voulant se professionnaliser ou étant pro.

Nous essayons d'aider au mieux les gens, ce gratuitement. Nous sommes humbles mais voulons rester exigeant et lucide dans notre travail et voulons pousser les gens qui le souhaitent, dans cette même direction, dans le respect de leur personne bien sur. Merci de ne pas vous méprendre sur notre démarche.

Un maximum de sections sont accessibles sans inscription, en espérant que ça serve a plein de gens :)


Storytelling, Cinema, Dessin et Arts Narratifs
 
AccueilAccueil  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  FAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Visual Studies

Aller en bas 
AuteurMessage
-thibault-
Rémy
Rémy
avatar

Messages : 161
Date d'inscription : 10/07/2011
Localisation : au fond d'une bouteille de pinot bien patinée

Feuille de personnage
Nom ::
Description ::
PV:
7/7  (7/7)

MessageSujet: Visual Studies   Sam 9 Déc 2017 - 13:53

Comment percevons nous les images ?


Salut à tous
aujourd'hui je vais faire un premier post un peu intello qui sera le premier d'une longue série je l'espère. il s'agira de synthétiser des connaissances de provenances diverses liées aux images et à leur perception.
je trouve intéressant de parler de ça ici car je sais que je m'adresse à des gens qui produisent des images et que j'ai pas mal étudié avec des gens qui les analysaient. un travail conséquent qui est également en cours de réalisation par plusieurs chercheurs est l'analyse de leur réception. Donc ici ce sera un peu un mash-up de tout ce que j'ai appris, mais je me baserai pas mal sur le travail d'un historien en particulier : André Gunthert. Son blog ici : https://imagesociale.fr/
Il a aussi écrit un livre très intéressant, qui s'intéresse en particulier aux images en situation d'interactions : L'image partagée https://www.amazon.fr/LImage-Partag%C3%A9e-photographie-num%C3%A9rique-Gunthert/dp/2845975309
cette approche nous intéresse car elle questionne les images et leur réception par le public dans leur ensemble (donc aussi et beaucoup les images contemporaines, et les produits de l'industrie culturelle ce que bcp d'historiens des images fuient).

Donc 1er post : comment lisons nous les images ? (ou : pourquoi l'expression "une image vaut mille mots" n'est pas légitime)
La première différence entre le texte et l'image est la suivante : le texte est hierarchisé les phrases sont construites selon un sens, elles ont un ordre.
ne phrase hierarchie  on  son plus on  ordre logique et sa  à une ,     ,   comprend  elle rienenlève n'a si plus aucune. —> si on enlève son ordre et sa hierarchie à une phrase, elle n'a plus aucune logique, on ne comprend plus rien.
On maîtrise des règles qui nous sont communes et on comprend les phrases. les images fonctionnent différement : elles n'ont pas de sens de lecture à part entière. le regard se pose sur elles et navigue à vue. il lit et interprète selon ce qu'il connait déjà, et de manière pas forcément ordonnée. Si on prend deux regards humains, ils ne se dirigent pas au même endroit, et ne s'arrêtent pas non plus au même endroit. (L’analyse du comportement du regard est d’ailleurs utilisée en marketing, via des dispositif de eye tracking pour observer quel produit, quelle couleur attire le plus le regard : https://www.youtube.com/watch?v=SQxrsUXqKCM . Cela ne nous intéresse que peu ici, puisque le bon cinéma, c’est l’art de raconter des histoires grâce à des récits et des images subtiles et complexes et pas juste d’attirer le regard et le désir comme des bourrins, on est pas dans la pub)  Ce qui donne en réalité du sens à une image, c'est son montage avec autre chose (nous verrons par la suite un cas particulier qui questionne ce principe). Autre chose, ça peut être du texte, un lieu ou d'autres images (cinéma.)
En réalité, la "magie des images" et la "puissance" qui lui est souvent conférée est donc un faux truc. Les images ne sont pas magiques, c'est leur montage qui leur donne du sens. Dans l’histoire on a toujours destiné les images aux gens qui ne savaient pas lire (les enfants, les illettrés avec la bible des illettrés, même la NASA lorsqu’elle a envoyé en 1972 et 1973 les sondes Pionner, le seul contenu qu’elle dessinait aux extra terrestres c’était la plaque de pionner qui est une image incompréhensible si on est pas dans un champ de référence humain ou matheux je vous laisse constater : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/0/02/Pioneer_plaque.svg )

3 exemples de montages:

• Un tableau dans un musée : le tableau est physiquement présent à un endroit. Vous vous déplacez pour y aller. Vous payez. Vous passez des portiques de sécurité. Vous marchez. Le soir il est 20h, le musée ferme, vous devez partir. Eh bien tout ça, ça influence la manière dont vous regardez le tableau : il est difficile de le voir, donc il est important. C'est pas comme une affiche dans vos toilettes. (une partie de l'art contemporain pousse à l'extrême ce principe en exposant n'importe quoi depuis duchamp, vu que c'est dans un musée ça fonctionne puisque le propos de l'oeuvre, c'est presque le musée en tant que dispositif). Donc l'oeuvre dans le musée, c'est un montage de l'oeuvre,  vous lui accordez une importance particulière puisqu'elle est en contexte (après bien sûr, il y a des qualités esthétiques que l'on peut discuter, mais c'est une autre affaire).



• Une couverture du times qui pose un problème particulier : le visage de wira tu, avec indiqué "the face of horror". on ne sait pas forcément à qui appartient ce visage au premier coup d'oeil. Mais il est écrit "horror" on l'associe donc à un truc négatif (d'ailleurs il y a un conflit de compréhension potentiel puisque culturellement, on associe la tenue des moines bouddhiste à un truc très pacifique en occident). Si tous les journaux et les télés occidentales se mettaient à montrer le visage de wirathu en disant que c'est mal ce qu'il fait, que c'est un criminel etc. pendant un an sa tête deviendrait une icône et serait imprégnée pour un grand nombre de gens d'une charge négative. Par ailleurs si je vous poste la photo d'hitler, sans rien, c'est négatif puisque elle est sans cesse montée dans notre vie avec des mots négatifs, ou des phrases négatives en cours d'histoire. Donc, l'image est déjà chargée pour vous d'une connotation négative tellement vous l'avez vue montée et signifiée de négativité. Elle se passe donc de texte ici et pour nous, mais à d'autres endroits du monde, il faudrait l'expliquer. Deux images, deux contextes : deux lectures spontanées. 





• Puis deux montages d'images : un garçon souriant, puis une fille. Puis des enfants apeurés puis un monstre. Là quelque chose est communiqué puisque nous lisons les images comme nous lisons la réalité. Nous y appliquons donc les mêmes règles de communication non verbale (attention elles sont très différentes à travers le monde). On voit un sourire puis un regard dirigé vers la droite : ce qui est vers la droite est positif.  à l'inverse, un visage apeuré dirigé vers la droite puis un monstre : ce monstre est négatif. La communication non verbale, on l'applique aussi avec les images. Quand elles copient et imitent la réalité, le cerveau les interprète comme la réalité. Le sourire est d'ailleurs abusement utilisé en publicité par ce qu'il positif...



ex 2 :





Les images ne sont donc pas autonomes, et toujours intégrées à un récit et à un contexte.

Bon voilà pour une première partie, qui je l’espère est compréhensible et synthétique. N’hésitez pas si vous avez des questions, des critiques, des choses pas claires, des contestations radicales ;) 
La pour les prochaines notes, je pense aborder le cas particulier des fabricants d’images, ou les dynamiques génératives entrainées par les industries culturelles (exemple : un personnage issu d’un livre, qui devient un personnage de film, qui devient une figurine, redessiné par des gosses car appropriable, etc.), dites moi si y’a un truc que vous préférez.

Ciao!
Revenir en haut Aller en bas
Ratcho
Ariane
Ariane
avatar

Messages : 281
Date d'inscription : 06/06/2013

MessageSujet: Re: Visual Studies   Sam 9 Déc 2017 - 16:52

c'est trop intéréssannnt, perso moi ca me dérange pas si ca rentre dans les détails et qu'on pousse le vice de chaque sujet super loin, après bien sur c'est en fonction de ta motiv

en tout cas merci de nous partager tout ça, ca met l'eau a la bouche !
Revenir en haut Aller en bas
mylydy
fotdefraPAdmin
fotdefraPAdmin
avatar

Messages : 9233
Date d'inscription : 22/12/2010
Age : 35
Localisation : salle du temps

Feuille de personnage
Nom ::
Description ::
PV:
0/999  (0/999)

MessageSujet: Re: Visual Studies   Sam 9 Déc 2017 - 17:10

de la balle en barre merci infiniment

- - - - - - - - - - - - - - -
"Le  papier c'est ton vrai niveau" Alexis B.
"terror is your friend" Meryl Streep
"Quand on abandonne une fois, on abandonne toute sa vie" Thierry Marx dans Top Chef
"L'echec est le fondement de la reussite" Lao Tseu
"Assurez vous de ne jamais faire moins que votre meilleur" Walt Disney
Revenir en haut Aller en bas
http://mylydy.tumblr.com/
kwentin
Moderatatouille
Moderatatouille
avatar

Messages : 289
Date d'inscription : 13/05/2012
Age : 29
Localisation : Paris

Feuille de personnage
Nom ::
Description ::
PV:
7/7  (7/7)

MessageSujet: Re: Visual Studies   Sam 9 Déc 2017 - 18:14

C'est hyper intéressant, merci !! Hâte de lire la suite. =)

- - - - - - - - - - - - - - -
• quentinlebegue.com
• 200 Movie Challenge
Revenir en haut Aller en bas
http://quentinlebegue.com
BenYNuts
The Iron Admin
avatar

Messages : 1271
Date d'inscription : 17/04/2012
Age : 24
Localisation : Georges Méliès

MessageSujet: Re: Visual Studies   Sam 9 Déc 2017 - 18:53

Je plussoie carrément mes camarades, c'est super intéressant, merci d'avoir pris le temps pour cet article.
Hâte d'avoir la suite de même ! :)

- - - - - - - - - - - - - - -
Présentation
200 Movie Challenge
Revenir en haut Aller en bas
-thibault-
Rémy
Rémy
avatar

Messages : 161
Date d'inscription : 10/07/2011
Localisation : au fond d'une bouteille de pinot bien patinée

Feuille de personnage
Nom ::
Description ::
PV:
7/7  (7/7)

MessageSujet: Re: Visual Studies   Sam 9 Déc 2017 - 23:42

cool :) ok le prochain je vous le fait sur l'utilisation du storytelling par les communicants politiques  o_ujhytgrfde efdghfdgtrfsedfghtre
Revenir en haut Aller en bas
wanic
Krilin
Krilin
avatar

Messages : 640
Date d'inscription : 02/01/2011
Age : 29
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Visual Studies   Dim 10 Déc 2017 - 9:48

Merci mec!
Revenir en haut Aller en bas
http://nicolas-wax.tumblr.com/
Sovelis
Paprikadmin
Paprikadmin
avatar

Messages : 3810
Date d'inscription : 12/01/2012
Age : 24
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Visual Studies   Dim 10 Déc 2017 - 10:28

Merci beaucoup! 
Je me permets quelques remarques, la métaphore est hyper intérèssante.

Citation :
On maîtrise des règles qui nous sont communes et on comprend les phrases. les images fonctionnent différement : elles n'ont pas de sens de lecture à part entière. le regard se pose sur elles et navigue à vue. il lit et interprète selon ce qu'il connait déjà, et de manière pas forcément ordonnée. 

C'est marrant pour moi ya aussi une hiérarchie dans l'image (l'image de cinéma plus que l'image d'illustration c'est vrai). 
En fait dire que les phrases on les prend de gauche à droite et les images n'importe comment c'est presque facile je trouve, car une image (ou suite d'images dans le temps ou l'espace) que ce soit voulu ou pas est quasi systématiquement lue de la même manière par tout le monde.

Exemple : 

There Will Be Blood with gaze locations of 11 viewers from TheDIEMProject on Vimeo.



On voit bien d'ailleurs que quand il n'y a rien de précis de montré l'oeil vagabonde, en ce sens ça rejoint l'analyse que tu soutiens "dans certains cas". C'est d'ailleurs plus souvent le cas en illu/peinture du coup, où on a le temps de chercher plusieurs niveaux de lecture et académiquement c'est presque "un devoir d'en mettre pour être intéressant". Mais autant dans l'espace que dans le sens qu'on y trouve il y a souvent peu d'écart entre les gens à la lecture, je pense. 

Ce qui voudrait dire que malgré tous les efforts qu'on peut vouloir faire, il y a un sens de lecture induit à chaque oeuvre (orienté ou non). C'est un peu comme dans Screenwriting 101 où il dit que t'as beau faire un film "sans scénar" les gens iront toujours y chercher un sens, c'est humain et instinctif. Et donc si tu le maîtrises pas tu risques d'avoir un propos malsain ou peu pertinent sans le savoir, peut-être que ton objectif principal c'est l'esthétique par exemple et que t'as pas fait l'effort de t'ouvrir aux interprétations induites par tes choix.
Dans l'image c'est pareil du coup, il y a des règles plus ou moins faciles pour guider le regard (genre on regarde les visages en premier, et les zones les plus contrastées d'abord par exemple). Et si tu en as pas conscience et que tu les maîtrises pas à chaque image, il y a des chances que tu ne maîtrises pas la hiérarchie de ton image et que ton propos ne passe pas efficacement.

Exemple : si ton but c'est qu'on voit le petit lutin au fond dans l'ombre, pour ton propos, tu ferais bien de décontracter l'humain à la lumière au premier plan. 
Contre exemple : si tu veux que le lutin soit vu à posteriori, qu'on le distingue après coup pour un effet de surprise, laisse l'humain et la lumière et fais-le regarder l'ombre. Si le plan est suffisament long on peut sûrement distinguer le lutin. Si ça ne suffit pas, l'humain se décale dans l'ombre et le lutin dans la lumière par exemple. 

Dans les deux cas tu hiérarchise les infos, comme dans une phrase. Juste que dans le texte la hiérarchie est choisie par convention puis intégrée à l'habitude alors que dans l'image elle est instinctive car naturelle, liée à l'instinct de survie de l'homme.
Pour moi c'est l'équivalent de faire une belle phrase solide et claire par rapport à une phrase avec des mots valises avec une mauvaise grammaire. Tu fais jamais d'instinct une image "qui a une hiérarchie visuelle aléatoire", comme une phrase où "tu mets les mots dans un ordre aléatoire". Tu fais juste une image ou une phrase plus ou moins efficace.
Mais ça peut même être à propos de faire des phrases vagues, ça véhicule aussi une intention et dans certains car ça peut même être plus efficace. D'ailleurs toute la réflexion peut se transposer en scénario je pense

Image à méditer car je trouve que ça illustre bien le propos :



J'ai même lu dans "Système 1 / Système 2 : Les deux vitesses de la pensée" quelque chose comme : plus un texte est difficile à lire visuellement, style avec de petites lettres, une couleur ou une typo difficile, et plus les lecteurs se souviennent des infos à la fin, s'ils vont jusqu'au bout du texte. C'est peut-être pas exactement la réflexion mais dans l'idée, si tu forces les gens à "chercher à déchiffrer" ça les rend actifs et stimule la partie analytique de leur cerveau, car la partie instinctive est plus capable de faire l'action à moindre effort.
Je sais pas si c'est totalement vrai partout mais c'est hyper intéressant je trouve, ça pourrait vouloir dire que si tu fais pas un film académique straightforward ça pousse les gens à y réfléchir et possiblement ils vont en tirer plus de sens qu'un film qui vulgarise le même sujet (dont le spectateur se contrefiche à la base, assez souvent).

- - - - - - - - - - - - - - -
Revenir en haut Aller en bas
http://nathanotano.blogspot.fr/
-thibault-
Rémy
Rémy
avatar

Messages : 161
Date d'inscription : 10/07/2011
Localisation : au fond d'une bouteille de pinot bien patinée

Feuille de personnage
Nom ::
Description ::
PV:
7/7  (7/7)

MessageSujet: Re: Visual Studies   Ven 15 Déc 2017 - 14:27

Ta remarque est intéressante Sovelis. Pour l'interprétation, il est évident que chaque producteur d'image et d'histoire travaille dans un "sens". Mais la réception est (quasiment) toujours équivoque et plurielle. On peut considérer que le "bon" sens est celui du producteur, et lui même peut choisir de faciliter cette lecture. Néanmoins, tout le monde aura toujours plus ou moins quelque chose à y redire, si on regarde bien. À l'inverse, dans l'expériemental arty, ce sera à peut près l'inverse, le producteur aura tendance à multiplier les entrées de lectures, et la réception rentrera dans le jeu.

La majorité de l'article est en effet à considérer pour les images fixes, et le montage/mouvement amène d'autres paramètres.

Je développerai une autre fois sur la production, et les auteurs et je pense que l'avis et l'experience d'un peu tout le monde ici seront très intéressants  zsderftfed
Revenir en haut Aller en bas
Sovelis
Paprikadmin
Paprikadmin
avatar

Messages : 3810
Date d'inscription : 12/01/2012
Age : 24
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Visual Studies   Lun 18 Déc 2017 - 12:58

J'ai eu un peu de mal à tout saisir dans ton premier paragraphe ^^ mais je crois que j'ai compris

Citation :
Mais la réception est (quasiment) toujours équivoque et plurielle.

De manière générale je pense qu'instinctivement il y a un sens de lecture universel par image car ça touche à nos instincts d'humains. Mais on peut parfaitement avoir certaines images moins dirigées qui offrent plus de possibilité de sens de lecture, que ce soit maîtrisé ou par accident. Et on peut associer différentes images qui se donnent un sens mutuellement (comme tu en parlais), comme un titre et une photo ou une bd qui a plusieurs cases, ou le montage avec l'effet kouletchov.

Le tout pour moi c'est juste de le maîtriser quand on fait la ou les images, plutôt que de partir du principe que " les images fonctionnent différement : elles n'ont pas de sens de lecture à part entière.", ce qui me semble dangereux à croire quand on aborde la composition et c'est pour ça que je me suis permis d'intervenir. Et c'est valable pour les images fixes aussi je pense.

Mais je comprends que quand on maîtrise pas bien le truc l'oeil se balade plus et que chacun puisse avoir un parcours différent d'une image, simplement je me demande à quel point c'est limité. La vidéo ci-dessus exprime assez bien le côté mouton je trouve, avec l'oeil qui se balade que sur les plans fixes sans personnage (mais qui cherche quand même les zones de contraste et les détails).

- - - - - - - - - - - - - - -
Revenir en haut Aller en bas
http://nathanotano.blogspot.fr/
-thibault-
Rémy
Rémy
avatar

Messages : 161
Date d'inscription : 10/07/2011
Localisation : au fond d'une bouteille de pinot bien patinée

Feuille de personnage
Nom ::
Description ::
PV:
7/7  (7/7)

MessageSujet: Re: Visual Studies   Lun 18 Déc 2017 - 19:59

En fait, c'est à la fois très simple et en même temps dur à comprendre. L'image, contrairement à une langue n'a pas de sens de lecture obligatoire. C'est tout. Alors oui, quand on produit des images ça fait bizarre d'entendre ça, mais si on est le plus rigoureux possible c'est assez logique. La vidéo que tu a posté au début confirme en fait ce que je dis : on voit bien que le regard ne se pose pas toujours tout à fait au même endroit, alors que le début d'une phrase commence toujours au début ;)

Et oui, on peut apprendre à maîtriser des codes comme tu dis, mais ils ne sont absolument pas universels. Même si la mondialisation tend à les rendre de plus en plus identiques aux 4 coins du monde, je peux t'assurer que si tu montres une image ou un plan qui nous parle à tous les deux et que l'on comprend dans le même sens, un mec d'une tribu papoue ne le comprendra pas du tout pareil. 

Sur les instincts, je comprends ce que tu veux dire mais ce n'est qu'en partie vrai puisque tout dépend beaucoup plus du sens culturel que le spectateur appose au symbole (le visage d'un de tes proches à l'écran ne nous fera pas le même effet, et ce n'est pas de l'instinct, c'est quelque chose d'acquis)

La composition, c'est en un sens une somme d'habitudes culturelles, que l'on maîtrise plus ou moins (petit kubrick ça m'emmerdait car ça avait l'air vieux, maintenant j'adore ses films). Mais comme toute l'histoire de l'art, ça se discute. Il y a une bonne case dans la BD période glacière de de Crécy qui illustre bien ça : à un moment les archéologues sont sur des vestiges glacés du Louvre, et ils sont davantage fascinés par un écusson de l'OM que par les tableaux que le Louvre contient. 

Attention, je ne détruit pas le sens et l'idée de composition, j'ai moi même envie de bien en connaître les règles. Et je suis d'accord pour dire qu'il y a une part d'instinct là dedans aussi.
Revenir en haut Aller en bas
mylydy
fotdefraPAdmin
fotdefraPAdmin
avatar

Messages : 9233
Date d'inscription : 22/12/2010
Age : 35
Localisation : salle du temps

Feuille de personnage
Nom ::
Description ::
PV:
0/999  (0/999)

MessageSujet: Re: Visual Studies   Lun 18 Déc 2017 - 22:06

je confirme que nous avons des codes extremement differerents selon les pays et meme en occident
y a des tas de codes francais qui ne passent pas aux usa

- - - - - - - - - - - - - - -
"Le  papier c'est ton vrai niveau" Alexis B.
"terror is your friend" Meryl Streep
"Quand on abandonne une fois, on abandonne toute sa vie" Thierry Marx dans Top Chef
"L'echec est le fondement de la reussite" Lao Tseu
"Assurez vous de ne jamais faire moins que votre meilleur" Walt Disney
Revenir en haut Aller en bas
http://mylydy.tumblr.com/
-thibault-
Rémy
Rémy
avatar

Messages : 161
Date d'inscription : 10/07/2011
Localisation : au fond d'une bouteille de pinot bien patinée

Feuille de personnage
Nom ::
Description ::
PV:
7/7  (7/7)

MessageSujet: Re: Visual Studies   Mar 19 Déc 2017 - 7:28

2 3 notes de lecture, autour de Storytelling de Christian Salmon, que je recommande chaudement à tout le monde. Ce bouquin propose une analyse de l’usage du storytelling et de la narration par la politique récemment. 

C’est une analyse qui est très centrée sur les US et passionnante vu que les techniques utilisées en France en découlent bien souvent. 

Le livre débute par une analyse du rôle du récit dans la construction de la nation : « Deleuze pensait que la supériorité de la littérature américaine tenait à un certain rapport au réel, à l’espace, à l’idée de frontière et de conquête. Tous les grands récits - conquête de l’Ouest, légendes du Grand Nord, fuite vers le Sud - sont des traversées. Tout pour lui y est départ, devenir, passage, saut, rapport avec le dehors. Cette construction narrative de la nation a été encore renforcée par l’afflux d’immigrés au cours du XXème siècle. Longtemps, l’Amérique a représenté, beaucoup plus qu’une destination sur une carte, magnifie par les images d’Hollywood, un horizon narratif vers lequel accouraient les émigrés du monde entier (…) Tout à la fois une nation et une narration »

 Plusieurs chapitres détaillent ensuite l’usage conjoint des logos/images et des stories dans le marketing, la construction d’une brand story ; le storytelling dans le management (chacun a sa propre histoire au sein de l’entreprise, / tout le monde a une histoire à raconter, etc.) ; le management par les émotions.

Il parle aussi d’un livre de Paul Corrigan, Shakespeare on Management qui relit toutes les tragédies de Shakespeare en en déduisant une proposition de leadership à adopter pour chaque pièce.

Il y a aussi pas mal de boîtes actuellement qui font appel à des spin doctors pour designer le rôle de leurs employés. Même si c’était déjà le cas avant, leur comportement lorsqu’ils portent l’uniforme est de plus en plus régulé, certain reçoivent des fiches de profil dans lesquelles on leur explique quel « personnage » ils doivent incarner en représentant l’entreprise.

Un long passage décrit aussi un documentaire sur un call center en Inde où on fait bouffer de la série US à tous les employés pour qu’ils chopent l’accent et le lifestyle et les conséquences psychiques que ça engendre chez eux.

Le truc le plus intéressant : des cas particuliers en politique :

Ashley’s Story :



Cette photo a été prise par un militant pro Bush pendant la campagne des présidentielles de 2004. C’est le père de la petite fille, il a ensuite partagé cette photo par mail a des potes. La photo devient virale. Quelques jours plus tard, une boîte de com lui propose de générer un clip de campagne avec cette image. https://www.youtube.com/watch?v=CQ0Vvb4Bilk

Le décalage entre la diffusion de la photo et la diffusion de la story de la photo est important : il permet de faire en sorte qu’on puisse en attendre un déchiffrage, une explication. Comme on le voit dans ce clip, Bush ne parle pas une seule fois mais c’est une famille en deuil qui relate ses propos et ses actions, ce qui ajoute un pathos énorme. C’est le fond du panier de la communication politique en somme. Salmon développe pas mal là dessus, sur le côté « récit saint », je vous épargne ça.

Scott Sforza :

Deux mots sur ce spin doctor qui a été associé à l’administration de la maison blanche sous Bush, maintenant tous s’équipent de spécialistes de l’image. (bon Mitterand avait carrément recrée un studio TV à l’Élysée pour intervenir quand il voulait). Sforza a suivi Bush pas mal de temps et cadré lui même ses interventions TV lors d’attentats/campagnes.

 Ici avec une inscription directe dans la lignée des pères fondateurs :



Et là après les attentats :



Sur la guerre et ses représentations : 

« Virilio expliquait dès 1984 que la guerre n’est pas simplement un champ de bataille mais aussi un espace de représentation : des cartes d’état major aux premières photos aériennes lors de la Grande Guerre et aux images satellites d’aujourd’hui, les armes de guerre se sont toujours dotées d’instruments de reconnaissance optique ou cartographique » (ça c’est hyper visible dans le cinéma américain la cellule de crise/guerre, il faudrait analyser le faculté à filmer ces instruments et à en inventer des faux)

D’ailleurs y’a quelques mots sur les relations entre Hollywood et le Pentagone, après le 11 septembre, le Pentagone aurait carrément constitué une cellule avec des scénaristes hollywoodiens pour imaginer ce qui allait se passer ensuite.

Voilou lisez ce livre, il est aussi excellent et nécessaire pour comprendre des codes qui sont largement insérables aussi dans des fictions, je tenterai la prochaine fois une analyse moi-même de la dernière campagne en France.
Revenir en haut Aller en bas
Ratcho
Ariane
Ariane
avatar

Messages : 281
Date d'inscription : 06/06/2013

MessageSujet: Re: Visual Studies   Mar 19 Déc 2017 - 11:22

c'est trop bien, merci mille fois, j'vais chopé ce livre des que je rentre en france
Revenir en haut Aller en bas
Sovelis
Paprikadmin
Paprikadmin
avatar

Messages : 3810
Date d'inscription : 12/01/2012
Age : 24
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Visual Studies   Mar 19 Déc 2017 - 13:52

[Thibault] Je suis d'accord avec ta dernière réponse c'est très clair, merci!

- - - - - - - - - - - - - - -
Revenir en haut Aller en bas
http://nathanotano.blogspot.fr/
mylydy
fotdefraPAdmin
fotdefraPAdmin
avatar

Messages : 9233
Date d'inscription : 22/12/2010
Age : 35
Localisation : salle du temps

Feuille de personnage
Nom ::
Description ::
PV:
0/999  (0/999)

MessageSujet: Re: Visual Studies   Mar 19 Déc 2017 - 17:22

extrêmement passionnant ce thread merci a tous et surtout a thibault bien sur^^

- - - - - - - - - - - - - - -
"Le  papier c'est ton vrai niveau" Alexis B.
"terror is your friend" Meryl Streep
"Quand on abandonne une fois, on abandonne toute sa vie" Thierry Marx dans Top Chef
"L'echec est le fondement de la reussite" Lao Tseu
"Assurez vous de ne jamais faire moins que votre meilleur" Walt Disney
Revenir en haut Aller en bas
http://mylydy.tumblr.com/
-thibault-
Rémy
Rémy
avatar

Messages : 161
Date d'inscription : 10/07/2011
Localisation : au fond d'une bouteille de pinot bien patinée

Feuille de personnage
Nom ::
Description ::
PV:
7/7  (7/7)

MessageSujet: Re: Visual Studies   Mar 19 Déc 2017 - 17:42

cool que ça vous plaise ! ça me motive à continuer   khjghfytdgujyfhtdg
Revenir en haut Aller en bas
-thibault-
Rémy
Rémy
avatar

Messages : 161
Date d'inscription : 10/07/2011
Localisation : au fond d'une bouteille de pinot bien patinée

Feuille de personnage
Nom ::
Description ::
PV:
7/7  (7/7)

MessageSujet: Re: Visual Studies   Sam 13 Jan 2018 - 1:27

Salut,

Je vous retranscris aujourd’hui un cours donné par André Gunthert l’an dernier à l’EHESS. Donc ici, je ne revisite rien, c’est une tentative de retranscription directe de son propos, en essayant au plus proche de suivre sa chronologie. Sa thèse est utile pour comprendre comment les mythes et la science s’articulent, et créent des parallèles, connexions Sciences/Fictions (ZBLA : jeu de mots). Même si on verra que pour vulgariser et raconter des découvertes scientifiques, on utilise le récit. 

Allez :

Du Dragon au dinosaure, généalogie de l’image-monstre.

L’imagerie des dinosaures a été utilisée de manière narrative par Adrienne Mayor dans le livre « The first fossil hunters ». Elle les utilise pour tenter de démontrer un cheminement démonstratif : les images de dragons/chimères dans l’antiquité seraient issues des traces des fossiles de dinosaures trouvés à cette époque. Un grand nombre de films, documentaires, récits on étés tirés de cet ouvrage. Pour Adrienne Mayor, l’imagerie des dragons aurait enregistré les fossiles de dinosaures. Elle en serait l’empreinte, en contreforme.

Illustrations d'Adrienne Mayor : 


Ce raisonnement s’appuie sur l’idée que l’image est référentielle : qu’elle fait toujours référence à d’autres images. 

Au Moyen-Âge, un dragon c’est comme un rhinocéros : on peut le croiser en image, mais pas dans la réalité. Beaucoup de spécimens de chimères ne sont pas restés dans notre iconographie. Dans « The Last Dinosaure Book » WJT Mitchell élabore l’idée inverse : ce serait les images des dragons qui auraient servi de référence aux premières images de dinosaures.


 Il prend l’exemple d’un livre illustré de Louis Figuier, « La terre avant le déluge », comprenant des dessins représentant le monde tel qu’il l’aurait été à l’époque pré diluvienne. Ce livre est paru peu après que Cuvier ait établi la méthode de l’anatomie comparée pour définir et classifier des espèces (en comparant des fossiles.)



Brève Chronologie de découvertes liées aux dinosaures au 19ème siècle :
1824 : Buckland décrit le Mégalosaure
1830 : Invention de la Stratigraphie (étude des différentes couches géologiques)
1842 : Owen décrit l’ordre des dinosaures.
1854 : Le sculpteur Hawkins sculpte les premières sculptures de dinosaures au monde lors de l’expo universelle à Londres.
1882 : Dollo découvre les iguanodons de bernissart
1887 : Camille flamarion publie : « Le monde avant la création de l’homme »
1912 : Conan Doyle publie « The lost world »

Buckland décrit donc le mégalosaurus : en latin : très grand reptile. À partir de quelques fossiles, il évalue sa taille à 18 / 20 mètres. Il ne fait pas de reconstitution. Cuvier invente la paléontologie : l’évaluation scientifique à partir de fossile. La reconstitution n’est donc pas scientifique puisque contrairement à la paléontologie, elle spécule sur la taille et l’apparence que le dinosaure devait avoir (en le fictionnalisant donc). La paléontologie se contente du fossile est des déductions cartésiennes que l’on peut établir à partir de celui-ci en le comparant avec d'autres. 

L’une des conséquence des imaginaires de reconstitution, ce sont les dessins d’Henri de la Bêche : il produit un paysage imaginaire de la période antédiluvienne, en mobilisant une imagerie aquatique. Il mixte son imagination et les découvertes scientifiques : il crée une imagerie imaginaire. Cela contribue à vulgariser les découvertes et à les faire rencontrer le public. 




La tradition de dessin de dragon influence donc les dessinateurs qui vulgarisent les découvertes scientifiques : les dinosaures sont combattifs. 

Les dinosaures de Hawkins qui jouxtent le crystal palace sont eux aussi influencés par cet imaginaire. Dans le livre de Figuier, les dinosaures se battent. C’est le début de l’interprétation des combats de dinosaures.



En 1996, en Chine, on découvre un fossile de dinosaure ailé. Après cette période, on se met dans la science à représenter les dinosaures comme de gros poulets bien plus inoffensifs. On se met à revoir la classification des espèces, à dire qu’ils étaient en fait des oiseaux. On doit adapter l’illustration.





L’iconographie du dinosaure reptilien est en fait le fruit d’une narration. Jurrassic Park 1 a été conçu avant cette découverte. Mais Jurrasic World, plus récent ne tient pas compte de ces nouvelles découvertes. Il s’éloigne volontairement des représentations scientifiques actuelles pour coller au récit/film initial. Il y a une divergence iconographique paradoxale. Pas de vélociraptors à plumes : poursuite de l’imagerie reptilienne.

Les bouches ouvertes avec des dents pointues des dinosaures reptiliens les rendent monstrueux. Dès qu’ils sont représentés oiseaux, ils ont la bouche fermées. Il y a eu dans les représentation des choix narratifs de mise en scène : des combats dessiné, parfois même avec des dinosaures herbivores (qui ne se battaient pas). On est passé d’un focus sur les dents à un focus sur les plumes. 


Le dispositif référentiel des monstres, c’est le combat, c’est la violence. Entre un dragon et un dinosaure, il y a une différence : le dragon n’a pas de référentiel justificatif. Tom Mitchell écrit «  Si nous aimons les dinosaures, c’est par ce qu’ils sont gros, féroces et éteints. ». On ne sait pas comment étaient les dinosaures. C’est par ce qu’ils étaient intégrés dans le dispositif monstrueux que nous les voyons comme des monstres. Il faut casser les logiques référentielles et comprendre qu’il y a des narrations, des récits au sein des images. Va-t-on maintenant faire des films avec des dinosaures mignons, ou va-t-on aller contre la science et les montrer monstrueux ? 


Voilou, hésitez pas pour des questions ou trucs à clarifier, ou toute remarque!
Revenir en haut Aller en bas
Ratcho
Ariane
Ariane
avatar

Messages : 281
Date d'inscription : 06/06/2013

MessageSujet: Re: Visual Studies   Sam 13 Jan 2018 - 20:11

merci enormement, j'apprends trop plein de choses à chaque fois, effectivement la découverte des poil n'a pas été suivis dans les derniers jurassik world (ca peut se comprendre) la question de comment va t'on representer les dinosaures par la suite est super intéréssante, j'ai hate de voir ce que les gens vont en faire ! merci encore pour ces remarques pertinantes
Revenir en haut Aller en bas
BenYNuts
The Iron Admin
avatar

Messages : 1271
Date d'inscription : 17/04/2012
Age : 24
Localisation : Georges Méliès

MessageSujet: Re: Visual Studies   Lun 15 Jan 2018 - 0:29

Tes articles sont vraiment super et variés, j'apprends beaucoup de par ce que tu écris, donc merci beaucoup !
Y'a pas mal de portes ouvertes sur pleins de sujets autour de l'image et de son impact dans la société, franchement c'est passionnant, j'adore, vivement la suite ! :)

- - - - - - - - - - - - - - -
Présentation
200 Movie Challenge
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Visual Studies   

Revenir en haut Aller en bas
 
Visual Studies
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CQFD 2049  :: What do you REALLY wanna know? :: Culture G, Litterature, Histoire, Sciences, et toutes les autres formes d'Arts-
Sauter vers: