CQFD 2049
Bienvenu sur CQFD 2049 ! Un forum d'entraide et d’échange sur le storyboard, le cinéma, la narration, le dessin et toutes formes d'Arts en général, gratuit et ouvert a toute personne voulant se professionnaliser ou étant pro.

Nous essayons d'aider au mieux les gens, ce gratuitement. Nous sommes humbles mais voulons rester exigeant et lucide dans notre travail et voulons pousser les gens qui le souhaitent, dans cette même direction, dans le respect de leur personne bien sur. Merci de ne pas vous méprendre sur notre démarche.

Un maximum de sections sont accessibles sans inscription, en espérant que ça serve a plein de gens :)


Storytelling, Cinema, Dessin et Arts Narratifs
 
AccueilAccueil  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  FAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Mehdi Zannad

Aller en bas 
AuteurMessage
Looping_DRIFT
Framboisier
Framboisier
avatar

Messages : 4
Date d'inscription : 15/12/2017
Age : 20

MessageSujet: Mehdi Zannad   Ven 22 Juin 2018 - 13:51

Medhi Zannad :
Né le 22 mai 1971 à Nancy, vit et travaille à Paris
Diplômé de l’Ecole d’Architecture de Nancy


J'ai pas trouvé beaucoup lus d'infos sur sa Bio, il a aussi fait de la musique : 

Réalisation de trois albums sous le nom de Fugu et Mehdi Zannad
Composition de la bande originale du film « La France » de Serge Bozon. Prix Jean Vigo 2007, Quinzaine des Réalisateurs à Cannes en 2007
Performance pour la Nuit Blanche à Paris avec Barbara Carlotti, dans le cadre de l’Inventaire dansé de la ville de Pantin de Julie Desprairies, 2014
Performance musicale pour « La Dernière Major » de Serge Bozon, Centre Pompidou, Paris, 2010






Il explique son processus créatif sur son site :

Remplir les 40 doubles pages du carnet sans « repentirs ». Produire un flux régulier d’images (de « visions ») tel le continuum de mots tracés sur le rouleau-parchemin de « Sur la Route ». Puis laisser les dessins surgir des pages ouvertes, les regarder défiler comme une série d’instantanés de la ville. Une empreinte urbaine tatouée sur le papier, fruit d’un «street art» contemplatif et solitaire.
Carnet ouvert tenu à la verticale, un oeil fermé de temps en temps pour vérifier les parallélismes. Aucun dessin préparatoire, la composition s’impose d’elle-même, se dégage progressivement des lignes qui s’entrecroisent sur le papier. Faire coïncider deux structures : celle du dehors et celle confinée sur le papier.
Mes poses sont de plus en plus longues (1 heure, 2 heures, 3 heures), en station debout.
Le corps devient présence, s’enracine, relie le spectacle de la rue à sa projection sur la feuille. Le trait est nu. Les passants me contournent, jettent parfois un regard sur le modèle ou le dessin. Je réponds à leurs commentaires de bon gré, toujours avec l’appréhension du «raté» qui serait sanctionné par une remarque.
Ainsi, dans la durée, la vérité du lieu apparaît plus intensément qu’avec l’enregistrement photographique – qui ne fixe qu’un instant fugitif. Je ne saisis rien à la dérobée, j’ai la légitimité que me confère ma présence insistante – je le constate aux réactions presque toujours amicales des curieux.
Sur le papier, les traits s’animent étrangement. L’image figée devient image-mouvement. L’oeil, scrutateur, se change en lentille de la Camera Obscura : il convertit les informations qui frappent la rétine en tracés noirs sur la page, résultats de déductions géométriques. La feuille blanche en guise de plaque sensible ; l’enchevêtrement des lignes sombres tel une «peinture de lumière» en négatif ; l’observation patiente comme substitut du bain révélateur.
Pour trouver le bon endroit, je marche au hasard et je peux enchaîner plusieurs dessins à la suite en pivotant simplement de quelques degrés. Devenu simple élément du paysage, je capte les conversations autour de moi. Le dessin prend forme.
Lorsque les gens s’arrêtent pour me parler, le bénéfice est immédiat : l’esprit, tiré de son assoupissement, se régénère et retrouve son acuité.
L’éblouissement est toujours à portée du regard – surtout quand l’environnement est neuf, comme ici à Montreuil, où je viens de m’installer.
Je rentre avec ma «prise», comme d’une pêche miraculeuse, et je la compare aux butins précédents. Alors, me reviennent les souvenirs persistants des conversations, des menus détails du paysage : échelles de secours, poteaux, enseignes.

Je vous met une vidéo ou on le voit dessiner et le lien vers son site: 

https://vimeo.com/54610929
http://zannad.fr/marseille/
Revenir en haut Aller en bas
 
Mehdi Zannad
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CQFD 2049  :: What do you REALLY wanna know? :: Anime, BD, Illu, Peinture, Art Developpment-
Sauter vers: