CQFD 2049
Bienvenu sur CQFD 2049 ! Un forum d'entraide et d’échange sur le storyboard, le cinéma, la narration, le dessin et toutes formes d'Arts en général, gratuit et ouvert a toute personne voulant se professionnaliser ou étant pro.

Nous essayons d'aider au mieux les gens, ce gratuitement. Nous sommes humbles mais voulons rester exigeant et lucide dans notre travail et voulons pousser les gens qui le souhaitent, dans cette même direction, dans le respect de leur personne bien sur. Merci de ne pas vous méprendre sur notre démarche.

Un maximum de sections sont accessibles sans inscription, en espérant que ça serve a plein de gens :)


Storytelling, Cinema, Dessin et Arts Narratifs
 
AccueilAccueil  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  FAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Invisible Ink de Brian McDonald

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
mylydy
fotdefraPAdmin
fotdefraPAdmin
avatar

Messages : 9403
Date d'inscription : 22/12/2010
Age : 36
Localisation : salle du temps

Feuille de personnage
Nom ::
Description ::
PV:
0/999  (0/999)

MessageSujet: Re: Invisible Ink de Brian McDonald   Lun 19 Aoû 2013 - 1:45

lol je viens de voir que t'avais un twitter de barge aussi ^^ https://twitter.com/quentinlebegue

- - - - - - - - - - - - - - -
"Le  papier c'est ton vrai niveau" Alexis B.
"terror is your friend" Meryl Streep
"Quand on abandonne une fois, on abandonne toute sa vie" Thierry Marx dans Top Chef
"L'echec est le fondement de la reussite" Lao Tseu
"Assurez vous de ne jamais faire moins que votre meilleur" Walt Disney
Revenir en haut Aller en bas
http://mylydy.tumblr.com/
kwentin
Moderatatouille
Moderatatouille
avatar

Messages : 290
Date d'inscription : 13/05/2012
Age : 29
Localisation : Paris

Feuille de personnage
Nom ::
Description ::
PV:
7/7  (7/7)

MessageSujet: Re: Invisible Ink de Brian McDonald   Lun 19 Aoû 2013 - 1:49

haha sovelis, ouais, j'ai mis à profit le long week-end de quatre jours ;)

pour le twitter ouais, je l'utilise principalement pour suivre des gens dans l'anim', cinéma, storytelling tout ça tout ça, y'a des liens bien cools des fois

- - - - - - - - - - - - - - -
• quentinlebegue.com
• 200 Movie Challenge
Revenir en haut Aller en bas
http://quentinlebegue.com
Sitsou
Framboisier
Framboisier
avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 18/08/2013

MessageSujet: Re: Invisible Ink de Brian McDonald   Lun 19 Aoû 2013 - 23:34

Ce moment génial ou la vie devient plus simple :)
Merci beaucoup pour toutes ces trads, c'était tres enrichissant à lire !

La dernière des trads, qui parle du voyage du héro m'a fait penser à un article qui met en garde (comme Mcdonald rapidement dans cette trad) contre les "recettes scénaristiques", tout ca pour souligner je pense qu'utiliser les ressorts scénaristiques en vigueurs depuis des millénaires n'est pas une mauvaise chose au contraire, mais n'exclu pas de se poser la question de pourquoi on les utilise.

http://www.slate.fr/story/75812/recette-blockbuster-pourquoi-tous-films-americains-se-ressemblent

Merci encore :]!!

- - - - - - - - - - - - - - -
Blogounet.
Revenir en haut Aller en bas
http://Sitsou.tumblr.com
kwentin
Moderatatouille
Moderatatouille
avatar

Messages : 290
Date d'inscription : 13/05/2012
Age : 29
Localisation : Paris

Feuille de personnage
Nom ::
Description ::
PV:
7/7  (7/7)

MessageSujet: Re: Invisible Ink de Brian McDonald   Mar 20 Aoû 2013 - 2:13

Merci pour le lien Sitsou !

Une autre trad' pour ce soir :


Une leçon de la part de Paddy Chayefsky

« Quand vous demandez à un auteur de quoi parle son histoire et qu’il vous donne l’intrigue, c’est que quelque chose de va pas » - une citation paraphrasée de Sydney Pollack

Dans les années 1950, Paddy Chayefsky a fait un carton en signant le scénario du téléfilm Marty; un tel carton que Marty est devenu un film et a fini par remporter un Oscar.

Chayefsky a écrit de nombreuses et très bonnes œuvres pour la télévision, le cinéma et le théâtre. Il était connu pour créer des histoires intelligentes qui parvenaient à toucher les spectateurs. Il a eu une influence incontestable sur l’art et la culture – une influence qui se ressent encore aujourd’hui.

Si vous voulez vraiment vous rendre compte à quel point il était intelligent, allez acheter un exemplaire de The Collected Works of Paddy Chayefsky : The Television Plays, un livre génial dans lequel il dissèque sa façon de travailler. Vous en apprendrez des tonnes.

Dans les années 1980, je découvrais à peine ce nom, Chayefsky. J’entendais souvent des adultes citer des répliques de Marty : « Qu’est-ce que tu veux faire ? » « Je sais pas… et toi, qu’est-ce que tu veux faire ? ». Je vous assure, ces répliques étaient célèbres – vous devez voir le film pour comprendre.

A 15 ans, je n’avais encore vu ni Marty ni Network, l’autre film phare de Chayefsky. Mais en 1980, on ressortit au cinéma un autre de ses films, Altered States. Et ce film m’a bouleversé. Je n’avais encore rien vu de pareil (c’était l’année où je dépensais la plupart de mon argent sur L’Empire contre-attaque, et ce jour-là j’avais décidé de changer un peu).

Ce qui m’a frappé dans Altered States, c’était combien l’histoire paraissait réelle. De nos jours, elle peut paraître un peu datée, mais à l’époque, en regardant le film, on avait vraiment l’impression de se trouver dans le monde réel.  Et ça, c’était une marque de fabrique chez Chayefsky. C’est grâce à son talent dans ce domaine qu’il parvenait à faire de simples répliques comme « Qu’est-ce que tu veux faire ? » des répliques cultes.

Altered States raconte l’histoire d’un scientifique qui recherche la Vérité une et totale (en ingérant des drogues hallucinogènes, tout seul, enfermé dans une chambre d’isolation) et finit par déclencher une réaction qui le transforme peu à peu en une sorte de prototype humain.

Il y a aussi dans ce film plein de séquences de trips acidulés complètement ridicules, des séquences que Chayefsky détestait à tel point qu’il a demandé à ce qu’on retire son nom du générique. Elles étaient déjà ridicules à l’époque, alors imaginez maintenant…

Mais mis à part ces détails, le reste de l’histoire m’a vraiment intrigué, alors je me suis mis à lire tout ce que je pouvais sur Chayefsky. Un jour, je suis tombé sur une interview où il affirmait qu’au fond, Altered States n’était rien de plus qu’une histoire d’amour. Hein, quoi ? Ça ne faisait aucun sens selon moi. Alors je me suis forcé à revoir le film, encore et encore, en essayant de comprendre de quoi il parlait.

Lorsque j’eus regardé le film un assez grand nombre de fois pour outrepasser le concept et les effets « cools », j’ai pu enfin voir clairement l’histoire et de quoi Chayefsky voulait parler. En fait, Altered States est l’histoire d’un homme qui ne sait pas aimer. A la fin du récit, il apprend à aimer et à apprécier les valeurs de l’amour. C’était ça, la raison numéro un. Voilà la raison pour laquelle Chayefsky a voulu raconter cette histoire et pas une autre.

Pour moi, cette révélation a tout changé. J’ai appris que peu importe ce à quoi un film ressemble en surface, peu importe la coolitude du concept, il devrait y avoir une histoire profondément humaine en son cœur.

Ainsi, quand j’ai revu Les dents de la mer, j’ai su que ce n’était pas une simple histoire de requin, mais une histoire à propos d’un homme qui doit apprendre à faire face à ses peurs, et à les conquérir en les affrontant.
Et quand j’ai vu E.T., j’ai su que ce n’était pas seulement l’histoire d’un garçon et d’un extraterrestre, mais celle d’un petit garçon qui doit apprendre à se soucier des autres. La grande majorité des histoires qui touchent les gens ont une morale profondément humaine en leur cœur.

Vous trouvez peut-être  ça évident, mais la réalité, c’est que je vois rarement des films être faits de cette manière de nos jours. Si tant bien c’est le cas, c’est juste une excuse pour mettre en valeur le « concept ultra cool », au lieu d’être la raison principale pour laquelle l’histoire est racontée. Au fil des siècles, tous les meilleurs storytellers ont utilisé cette méthode, d’Esope à Jonathan Swift, de Gene Roddenberry à Paddy Chayefsky.

La citation de Sydney Pollack, au début de cet article, illustre parfaitement cette idée : ce qui est important dans une histoire, ce n’est pas tant ce qui se passe que pourquoi ça se passe. Pourquoi voulez-vous raconter cette histoire et pas une autre ? Voilà ce dont parle vraiment votre histoire.

Ceux qui s’opposent à cette méthode pensent qu’en agissant ainsi, on prend le risque de rendre son histoire banale et moralisatrice. Mais le but de la dramaturgie est de démontrer, de dramatiser une idée. Ça signifie, par exemple, que faire face à nos peurs nous permet de les conquérir, comme le démontrent Aliens et Les dents de la mer.  Démontrer une idée sous la forme d’une histoire permet aux spectateurs de tirer leurs propres conclusions et de leur éviter de se sentir faire la morale.

De nos jours, je vois trop peu de films qui savent vraiment de quoi ils parlent. La plupart du temps, ils mettent l’accent sur leur « super » intrigue, ou leur « concept de folie ». Mais rien n’empêche ces réalisateurs de mettre un concept cool au service d’une histoire qui veut vraiment dire quelque chose !

Si vous n’avez pas l’habitude de travailler de cette manière, je vous encourage à le faire. Ça permettra à vos histoires d’acquérir une dimension émotionnelle et thématique supplémentaire. Et si ça marche, vous pourrez remercier Paddy Chayefsky.

- - - - - - - - - - - - - - -
• quentinlebegue.com
• 200 Movie Challenge
Revenir en haut Aller en bas
http://quentinlebegue.com
mylydy
fotdefraPAdmin
fotdefraPAdmin
avatar

Messages : 9403
Date d'inscription : 22/12/2010
Age : 36
Localisation : salle du temps

Feuille de personnage
Nom ::
Description ::
PV:
0/999  (0/999)

MessageSujet: Re: Invisible Ink de Brian McDonald   Mar 20 Aoû 2013 - 8:40

festival de la trad!! merciiiiii

- - - - - - - - - - - - - - -
"Le  papier c'est ton vrai niveau" Alexis B.
"terror is your friend" Meryl Streep
"Quand on abandonne une fois, on abandonne toute sa vie" Thierry Marx dans Top Chef
"L'echec est le fondement de la reussite" Lao Tseu
"Assurez vous de ne jamais faire moins que votre meilleur" Walt Disney
Revenir en haut Aller en bas
http://mylydy.tumblr.com/
kwentin
Moderatatouille
Moderatatouille
avatar

Messages : 290
Date d'inscription : 13/05/2012
Age : 29
Localisation : Paris

Feuille de personnage
Nom ::
Description ::
PV:
7/7  (7/7)

MessageSujet: Re: Invisible Ink de Brian McDonald   Mar 20 Aoû 2013 - 21:56

Ma médiocre pièce de théâtre et ce qu’elle m’a appris


« Faites en sorte de ne jamais ennuyer votre public. » - Billy Wilder

Quand j’étais en 4ème, j’étais un fan absolu de Star Trek. A cette époque, il n’y avait ni film ni Next Generation, seulement la série originale et le dessin animé. Cette série a eu et continue d’avoir une grande influence sur mon travail.

Lors d’un cours de dramaturgie, on nous avait demandé d’écrire une courte pièce de théâtre et de la jouer ensuite devant nos parents.

Comme vous vous en doutez, j’ai décidé d’écrire un épisode de Star Trek. Et j’ai eu tellement de plaisir à le faire ! J’étais là, libre de créer des situations et des dialogues avec ces personnages que j’aimais tant. J’ai pondu le scénario en un rien de temps ; ça a été tellement facile, tellement génial à écrire.

J’ai fait lire le script à mes camarades et ai commencé à leur répartir les rôles. Bien entendu, je m’étais réservé le rôle du capitaine Kirk.

Nous avons commencé les répétitions : voir le scénario prendre vie était une expérience encore plus amusante que l’écriture.

Le jour J pointa bientôt le bout de son nez ; il était temps de jouer la pièce devant nos parents. On avait mémorisé nos répliques et on portait nos super costumes rétro des années 60. On attendait dans les coulisses, impatients de rentrer sur scène et de partager notre excitation avec les gens dans les gradins.

L’heure arriva. Le rideau s’éleva et on commença à jouer la pièce, que je considérais comme le meilleur épisode de Star Trek qui ait jamais existé.

On donnait vraiment le meilleur de nous-même. Mais on s’amusait aussi énormément. Comment pouvez-vous ne pas éprouver du plaisir à jouer le capitaine Kirk, à être sur scène et à vous prendre pour vos personnages préférés ?

C’est alors que ça arriva : dans la foule, je vis l’un des papas dodeliner de la tête. Il s’efforçait de rester attentif et éveillé, mais c’était trop dur pour lui. Sa tête n’arrêtait pas de s’abaisser, lentement, jusqu’à ce que son menton touche sa poitrine. Par moments, il se redressait d’un coup, les yeux grands ouverts, mais bientôt sa tête de nouveau s’abaissait.

Tout ce qui me vint à l’esprit fut : Comment diable peut-il s’ennuyer à ce point ? La pièce avait été un tel plaisir à écrire, un tel plaisir à jouer, qu’il m’était impensable que ça ne puisse pas être aussi un plaisir à regarder.

Cette nuit-là, j’ai appris une leçon très importante. Avoir du plaisir à écrire une histoire ne garantit pas qu’elle sera un plaisir à regarder pour vos spectateurs.

J’ai eu la chance d’apprendre cette leçon très jeune. Car certaines personnes ne l’apprennent jamais. Elles se retrouvent plongées dans leurs histoires et leurs univers à un point tel qu’elles en oublient leur public et le relègue au second rang. Il y en a même qui ont tendance à jeter le tort sur leur public, en disant des choses du genre : « Ils ne sont pas assez intelligents pour comprendre » ou encore « Je suis en avance sur mon temps ».

Penser de cette manière ne vous aidera pas à vous améliorer. Vous ne serez pas reniés si vous vous efforcez de communiquer clairement avec vos spectateurs. On dirait que c’est devenu un crime artistique de vouloir à tout prix s’exprimer clairement à son public. Certains pensent que c’est un signe de faiblesse. Ils disent qu’agir ainsi, c’est se rabaisser, se mettre au niveau de la populace. Ces gens-là ont tendance à penser qu’un film ennuyeux et compliqué est meilleur que ceux qui parviennent à créer des émotions chez les spectateurs. Pour eux, voir des gens sortir du film en se grattant la tête d’incompréhension, c’est la plus belle des formes d’art.

Je n’ai jamais compris pourquoi les gens pensent qu’il faut du talent pour embrouiller ou ennuyer les spectateurs. Si c’était le cas, alors j’ai maîtrisé l’art du scénario dès mon premier essai. Si c’était le cas, alors ce papa dans la foule est la preuve irréfutable de mon jeune génie.

Le truc, c’est qu’il est vraiment très difficile de se faire comprendre. Il y a quelques années, alors que je me trouvais à une séance de dédicaces d’un roman, quelqu’un a demandé à l’auteur pourquoi elle n’écrivait pas plus de livres. L’auteur a répondu : « Il faut du temps pour écrire quelque chose qui est facile à lire ».

A chaque fois que je mets au travail pour écrire, je pense à ce papa dans la foule, luttant de toutes ses forces pour rester éveillé. Ça me permet de rester honnête avec moi-même. Ça m’évite de devenir trop complaisant. Ça me force à toujours, toujours penser à mes spectateurs. J’essaie de voir mes histoires à travers leurs yeux, je me mets constamment à leur place.

Je ne suis pas en train de dire que je n’ai jamais été ennuyeux ; je dis juste que j’essaie de toutes mes forces de ne pas le devenir.

Je vous souhaite à tous de vous trouver un jour devant un public et de constater que votre précieuse histoire les ennuie profondément. Ça a été pour moi une expérience douloureuse et embarrassante, mais je suis tellement content que ça me soit arrivé !

- - - - - - - - - - - - - - -
• quentinlebegue.com
• 200 Movie Challenge
Revenir en haut Aller en bas
http://quentinlebegue.com
mylydy
fotdefraPAdmin
fotdefraPAdmin
avatar

Messages : 9403
Date d'inscription : 22/12/2010
Age : 36
Localisation : salle du temps

Feuille de personnage
Nom ::
Description ::
PV:
0/999  (0/999)

MessageSujet: Re: Invisible Ink de Brian McDonald   Mar 20 Aoû 2013 - 22:06

Citation :
. On dirait que c’est devenu un crime artistique de vouloir à tout prix s’exprimer clairement à son public. Certains pensent que c’est un signe de faiblesse

A TATOUER SUR VOTRE FRONT :)

je sais plus comment te remercier kwentin :)

- - - - - - - - - - - - - - -
"Le  papier c'est ton vrai niveau" Alexis B.
"terror is your friend" Meryl Streep
"Quand on abandonne une fois, on abandonne toute sa vie" Thierry Marx dans Top Chef
"L'echec est le fondement de la reussite" Lao Tseu
"Assurez vous de ne jamais faire moins que votre meilleur" Walt Disney
Revenir en haut Aller en bas
http://mylydy.tumblr.com/
Sovelis
Paprikadmin
Paprikadmin
avatar

Messages : 3823
Date d'inscription : 12/01/2012
Age : 25
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Invisible Ink de Brian McDonald   Mer 21 Aoû 2013 - 10:59

Citation :
Je vous souhaite à tous de vous trouver un jour devant un public et de constater que votre précieuse histoire les ennuie profondément.
T_T

- - - - - - - - - - - - - - -
Revenir en haut Aller en bas
http://nathanotano.blogspot.fr/
calfy
Pat le guen
Pat le guen
avatar

Messages : 309
Date d'inscription : 03/09/2012

Feuille de personnage
Nom ::
Description ::
PV:
7/7  (7/7)

MessageSujet: Re: Invisible Ink de Brian McDonald   Dim 25 Aoû 2013 - 20:39

iyutedgdg iyutedgdg iyutedgdg 


c'est super instructif, j'en veux plus !
j'étais vraiment a l'ouest dans l'idée de raconter une histoire !! (en même temps je me posais vraiment aucune questions!)

un énorme merci pour ces trads !!!

Revenir en haut Aller en bas
kwentin
Moderatatouille
Moderatatouille
avatar

Messages : 290
Date d'inscription : 13/05/2012
Age : 29
Localisation : Paris

Feuille de personnage
Nom ::
Description ::
PV:
7/7  (7/7)

MessageSujet: Re: Invisible Ink de Brian McDonald   Lun 26 Aoû 2013 - 16:08

Eh oui c'est tellement fou le storytelling ! Voici une autre traduction pour le coup ^^ :


Le meilleur conseil d'écriture que j'ai jamais reçu

Il y a très longtemps, lorsque j'étais encore adolescent, je suis allé à une convention de science-fiction à Seattle. Ce devait être en 1978 ou 1979. A cette époque, seuls les fans et les geeks les plus hardcores, ceux qui se trouvaient en marge de la société, fréquentaient ce genre de conventions. Il n'y avait pas, par exemple, de stars de cinéma. La personne la plus connue à cette convention de Seattle était l'acteur qui jouait le rôle de Boomer dans la série originale de Battlestar Galactica.

Parmi les gens présents se trouvaient quelques auteurs de comics. Et c'était pendant l'un de leurs panels que j'ai reçu mon meilleur conseil d'écriture à ce jour.

En réaction au pitch d'une histoire d'un membre du public, l'un des auteurs (je ne me souviens plus trop qui), a répondu : "Si vous avez une histoire de Batman et que vous pouvez la changer en une histoire de Superman, alors c'est que vous n'avez probablement pas une très bonne histoire de Batman."

Voilà. Voilà le fameux conseil. Un conseil que j'utilise constamment, dès que je me mets à écrire.

Certains d'entre vous pensent peut-être que ce conseil n'a rien de spécial, qu'il est trop simpliste. Mais c'est l'une des erreurs que je rencontre le plus souvent chez les auteurs. Celle de ne pas créer une histoire spécifique au personnage, de ne pas créer une histoire qui ne puisse marcher qu'avec votre personnage et sa personnalité - et pas un autre. Ça parait être un conseil simple, mais peu de gens savent l'appliquer.

En premier lieu, vous devez comprendre qu'intrigue et personnage sont liés. Ils sont une seule et même chose - l'un ne peut exister sans l'autre.

Le terme "character driven" est souvent utilisé pour décrire une histoire qui n'a pas de réelle intrigue et qui n'est qu'une simple observation de la vie des gens. Pas étonnant que ce genre d'histoire soit peu populaire et ennuyant pour la plupart des gens : rien ne s'y passe.

A l'autre bout, il y a le genre d'histoires où les personnages sont justes "balancés" autour d'une intrigue. Des choses leur arrivent, mais c'est tout, ils agissent comme des pantins - personnages et intrigue ne sont pas vraiment liés. Des histoires comme ça peuvent réussir à nous emballer, certes, mais elles n'ont sur nous que très peu d'impact émotionnel.

C'est la combinaison personnage/intrigue qui fait la qualité d'une histoire. On ne peut pas, dans Hamlet par exemple, retirer le personnage de Hamlet et le remplacer par le Roi Lear. Ces personnages et ces intrigues sont fermement liés, ils forment une seule entité.

Dans Le Monde de Nemo, Marin est un père surprotecteur qui a peur de l'océan et des dangers qu'il représente. Que lui arrive-t-il ? Eh bien, sa nature surprotectrice pousse son fils Nemo à prendre des risques - des risques qu'il n'aurait pas pris en condition normale - et à cause de ça, Nemo se fait capturer. Marin doit maintenant faire face à ses peurs et tenter de retrouver son fils dans le vaste océan.

Vous voyez comme le personnage est totalement solidaire de l'intrigue ? Ces deux éléments, personnage et intrigue, ne sont pas des choses que l'on peut séparer.

Les personnages créent l'intrigue à travers leurs actions et leur absence d'action. Et ces actions sont motivées par les espoirs, les peurs, les forces, les faiblesses, les amours, les haines ou les insécurités de ces personnages. C'est par la manière dont vos personnages affrontent ou non ces sentiments que se crée votre intrigue.

Dans Le Magicien d'Oz, Dorothy n'est pas seulement une fille qui, simplement, attérit dans un pays lointain à cause d'une tornade. Non, c'est une fille qui rêve d'une vie loin de sa ferme natale. Elle désire ardemment aller loin de chez elle. Et c'est cette Dorothy là qui se retrouve enlevée par la tornade et emmenée loin de chez elle. Ce n'est qu'à la fin de l'histoire qu'elle se rend compte qu'elle veut retourner chez elle à tout prix. Ici encore, donc, intrigue et personnage sont liés.

Quand vous écrivez, demandez-vous : "Pourquoi CE personnage pour CETTE histoire ?" Assurez-vous que l'un ne peut exister sans l'autre. Assurez-vous qu'on ne peut pas remplacer votre personnage par un personnage quelconque qui aurait un caractère et une personnalité complètement différents. Le personnage et l'intrigue sont le corps et l'âme des histoires, le yin et le yang. Assurez-vous que vous n'avez pas une histoire de Batman que vous pouvez facilement changer en une histoire de Superman.

Si vous suivez ce conseil, la qualité de votre travail s'en ressentira et vous parviendrez à toucher plus de gens.

- - - - - - - - - - - - - - -
• quentinlebegue.com
• 200 Movie Challenge


Dernière édition par kwentin le Lun 26 Aoû 2013 - 18:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://quentinlebegue.com
mylydy
fotdefraPAdmin
fotdefraPAdmin
avatar

Messages : 9403
Date d'inscription : 22/12/2010
Age : 36
Localisation : salle du temps

Feuille de personnage
Nom ::
Description ::
PV:
0/999  (0/999)

MessageSujet: Re: Invisible Ink de Brian McDonald   Lun 26 Aoû 2013 - 18:08

un IMMENSE MERCI lisez tout ça les gens, ne remettez pas a demain et n'ubliez pas de remercier les gens qui font les trad et les thread lorsque vous estimez que tel thread ou trad vous etes utile, c toujours plus sympathique :) !!

- - - - - - - - - - - - - - -
"Le  papier c'est ton vrai niveau" Alexis B.
"terror is your friend" Meryl Streep
"Quand on abandonne une fois, on abandonne toute sa vie" Thierry Marx dans Top Chef
"L'echec est le fondement de la reussite" Lao Tseu
"Assurez vous de ne jamais faire moins que votre meilleur" Walt Disney
Revenir en haut Aller en bas
http://mylydy.tumblr.com/
Ratcho
Ariane
Ariane
avatar

Messages : 285
Date d'inscription : 06/06/2013

MessageSujet: Re: Invisible Ink de Brian McDonald   Lun 26 Aoû 2013 - 18:10

Merci pour cette avalanche de trads !

Bonheur !
Revenir en haut Aller en bas
Tian
Raditz
Raditz
avatar

Messages : 742
Date d'inscription : 24/11/2012
Localisation : Empire du Milieu

MessageSujet: Re: Invisible Ink de Brian McDonald   Lun 26 Aoû 2013 - 18:19

C'est clair, ça gère, merci beaucoup Kwentin pour les trads et pour la découverte du blog !

- - - - - - - - - - - - - - -
Parfois, je trouve vraiment des trucs bizarres dans mon dez.


http://cqfd.bbfr.net/t974-presentation-tian
Revenir en haut Aller en bas
http://www.indisponibles.blogspot.com
kwentin
Moderatatouille
Moderatatouille
avatar

Messages : 290
Date d'inscription : 13/05/2012
Age : 29
Localisation : Paris

Feuille de personnage
Nom ::
Description ::
PV:
7/7  (7/7)

MessageSujet: Re: Invisible Ink de Brian McDonald   Lun 26 Aoû 2013 - 21:55

De rien, ça me fait plaisir de traduire. =)

J'ai l'intention de traduire petit à petit The Golden Theme, vraiment dans l'ordre chronologique du livre. Je mettrai genre un espèce d'index à chaque fois pour faciliter la navigation (si j'y arrive ^^), parce qu'il y aura sûrement des trad' d'Invisible Ink et/ou Ink Spots entre.



Voici la traduction du tout premier chapitre, intitulé "Le Golden Theme".


CHAPITRE 1 -LE GOLDEN THEME


« La pluralité que l’on perçoit n’est qu’une apparence ; elle n’est pas réelle. »
- Erwin Schrödinger (physicien à l’origine de la mécanique quantique)


Je crois que j’ai quelque chose à partager – quelque chose sur les histoires et la narration qui m’a profondément changé. Quelque chose qui pourrait vous changer, vous aussi.

Je suis un storyteller, et j’ai passé ma vie entière à chercher un trait commun qui relie toutes les histoires, peu importe leurs formes. Je n’ai jamais trop compris cette tendance à séparer et à ranger les histoires dans des catégories distinctes.  Alors que d’autres gourous du scénario s’intéressent à ce qui distingue un genre d’un autre (ce qui distingue le western de la science-fiction, ou un mythe d’un conte de fées), personnellement, je ne fais pas de différenciations entre eux.

J’ai conscience que cette façon de penser peut être difficile à comprendre pour certains lecteurs, mais j’ai fini par me rendre compte que les différences que l’on fait habituellement entre les genres sont superficielles et n’ont que peu, sinon pas de conséquence sur le pouvoir de vérité d’une histoire. Et la vérité, c’est ce que toute histoire digne d’être racontée tend à atteindre. A cet égard, ce que je pense avoir découvert, c’est la vérité sous-jacente et unique qui relie toutes les histoires.

Je sais que ça peut paraître un peu prétentieux d’affirmer ça ; mais vraiment, une nuit, cette idée m’a foudroyé. C’est une idée très simple, et quand je vous la dirai, il se pourrait que vous vouliez la rejeter et l’ignorer sur le champ, du fait justement de sa simplicité. Entendez-moi bien, je crois dur comme fer au concept selon lequel il n’y a pas de nouvelles idées, mais je n’ai jamais vu nulle part quelqu’un énoncer cette idée simple de la manière dont je vais le faire ; et croyez-moi, j’ai cherché.

Je ne suis pas en train d’affirmer que personne n’a jamais dit ce que je suis sur le point de vous raconter. Au contraire, chaque grand artiste, poète, leader spirituel, chaque homme politique et chaque scientifique, ça fait des millénaires qu’ils le répètent. Ce que je veux dire, c’est que je n’ai jamais vu quelqu’un énoncer cette idée comme étant le Golden Theme qui est à la base de toutes les histoires – et qui les relie.

Les histoires peuvent avoir des thèmes bien à elles, comme par exemple, « Les voleurs n’ont pas d’honneur », ou encore « Rien ne sert de courir, il faut partir à point ». Mais sous toutes ces histoires, peu importe leur thème, se cache un autre message – un message à portée universelle.

Comment suis-je parvenu à une telle conclusion ? Il y a des années, alors que j’étais en train de marcher à travers un cimetière et de lire les noms sur les tombes, avec un ami, une pensée m’a traversé la tête. J’ai dit à mon ami : « Je suis sûr que si ces personnes pouvaient parler, elles diraient toutes la même chose. Elles auraient toutes la même chose à nous dire. »

Mon ami me demanda quelle était donc cette chose qu’ils diraient. Je n’ai pas su lui répondre, mais j’ai passé les années qui suivirent à considérer la question. A présent, je crois en connaître la réponse.

Imaginez-vous en train de marcher à travers un cimetière. Au fur et à mesure, vous lisez les noms inscrits sur les tombes. L’une est celle d’un enfant, l’autre celle d’une mère. Vous regardez les dates, faites un calcul rapide, et vous vous rendez compte que, lorsqu’elles ont trouvé la mort, certaines personnes étaient plus âgées que vous, et beaucoup étaient plus jeunes. Il y a peut-être des centaines de pierres tombales dans ce cimetière. En contemplant cet océan de tombes - les tombes de ceux qui ont vécu et sont morts avant nous - on se rend compte qu’il n’y a qu’une seule chose qu’ils essaient de nous dire, qu’il n’y a qu’une seule leçon à apprendre.

Pensez à ça un instant : dans ces tombes, il y a des gens qui, tout comme vous, ont cherché à être aimés.

Tout comme vous, ils se sont demandé ce qu’était le sens de la vie, et ce qu’était la mort. Ils se sont livrés à des débats passionnés sur la politique et la religion. Ils se sont réchauffés sous le même soleil qui vous réchauffe aujourd’hui ; et la nuit, ils ont regardé le ciel étoilé avec émerveillement. Tout comme vous, ils ont connu la faim. Tout comme vous, ils ont parfois trouvé bizarre les coutumes et les habitudes des autres. Tout comme vous, ils ont eu peur qu’un jour une guerre éclate entre leur pays et des pays ennemis.

En réalité, un cimetière ne nous dit juste qu’une seule chose, qu’une seule vérité. Et il ne se contente pas de murmurer cette vérité : il la hurle à plein poumons. Les morts nous disent ceci : nous sommes tous les mêmes.

Cette simple phrase, nous sommes tous les mêmes, est le Golden Theme que toutes les histoires ont en leur cœur.

Et j’ai la ferme conviction que plus une histoire parvient à exprimer cette idée, plus cette histoire devient puissante et universelle, et plus les gens sont émus par elle.

Dans les pages qui suivent, je vais tenter de prouver mon hypothèse.

- - - - - - - - - - - - - - -
• quentinlebegue.com
• 200 Movie Challenge
Revenir en haut Aller en bas
http://quentinlebegue.com
Shliten
Framboisier
Framboisier
avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 25/07/2013
Age : 24

MessageSujet: Re: Invisible Ink de Brian McDonald   Mar 27 Aoû 2013 - 0:49

Wow, c'est vraiment super de bien vouloir nous traduire tout ça O-O merciii
Revenir en haut Aller en bas
http://shliten.blogspot.com
Fauconnier
René
René
avatar

Messages : 52
Date d'inscription : 21/04/2013
Localisation : Villejuif

MessageSujet: Re: Invisible Ink de Brian McDonald   Mar 27 Aoû 2013 - 8:41

Trop alléchant cette trad', suspense!!
Merci beaucoupppppp!!
Revenir en haut Aller en bas
Cécilou
Pat le guen
Pat le guen
avatar

Messages : 325
Date d'inscription : 08/07/2012
Age : 30
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Invisible Ink de Brian McDonald   Mar 27 Aoû 2013 - 10:16

Rholala ... Mille merci pour ces trads (et réactions des uns et des autres) !!!
Ca faisait un moment que j'avais pas consulté ce thread, et bien je vais devoir prendre quelques notes pour mieux ingurgiter tout ça =) MERCI
Revenir en haut Aller en bas
http://carrececile.blogspot.fr
benj
MISTER T
MISTER T
avatar

Messages : 1184
Date d'inscription : 26/05/2011

MessageSujet: Re: Invisible Ink de Brian McDonald   Mar 27 Aoû 2013 - 11:46

merci pour tout c'est ouf!! ='D iyutedgdg 
Revenir en haut Aller en bas
Sovelis
Paprikadmin
Paprikadmin
avatar

Messages : 3823
Date d'inscription : 12/01/2012
Age : 25
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Invisible Ink de Brian McDonald   Mar 27 Aoû 2013 - 11:52

La suite la suite :3

- - - - - - - - - - - - - - -
Revenir en haut Aller en bas
http://nathanotano.blogspot.fr/
Ratcho
Ariane
Ariane
avatar

Messages : 285
Date d'inscription : 06/06/2013

MessageSujet: Re: Invisible Ink de Brian McDonald   Mar 27 Aoû 2013 - 20:04

Aie aie aie, tu t'es embarqué dans une voie, toutes mes condoléances, on va te harceler pour traduire tout ca, sans relaches, aucun répit ! gambatteee 

Tout est de ta faute ! salauds 

Accesoirement Merci !
Revenir en haut Aller en bas
kwentin
Moderatatouille
Moderatatouille
avatar

Messages : 290
Date d'inscription : 13/05/2012
Age : 29
Localisation : Paris

Feuille de personnage
Nom ::
Description ::
PV:
7/7  (7/7)

MessageSujet: Re: Invisible Ink de Brian McDonald   Mar 27 Aoû 2013 - 20:15

Haha c'est exactement ce que je suis en train de me dire !   hjghfgjhkhjg

- - - - - - - - - - - - - - -
• quentinlebegue.com
• 200 Movie Challenge
Revenir en haut Aller en bas
http://quentinlebegue.com
kwentin
Moderatatouille
Moderatatouille
avatar

Messages : 290
Date d'inscription : 13/05/2012
Age : 29
Localisation : Paris

Feuille de personnage
Nom ::
Description ::
PV:
7/7  (7/7)

MessageSujet: Re: Invisible Ink de Brian McDonald   Mar 27 Aoû 2013 - 21:46

Voici la traduction du chapitre 2, qui est plus un chapitre de transition qu'autre chose, assez succinct et anecdotique, mais je le mets quand même.


LE GOLDEN THEME
-------------------------------------------------------------------------------------------------------

Chapitre 1 - Le Golden Theme : http://cqfd.bbfr.net/t789p90-invisible-ink-de-brian-mcdonald#33624

-------------------------------------------------------------------------------------------------------


CHAPITRE 2 - POURQUOI J'APPELLE ÇA LE GOLDEN THEME


Les quelques personnes à qui j’ai fait part de cette idée du Golden Theme m’ont demandé si ce nom était dérivé de la Règle d’Or de la Bible. Ce n’est pas le cas. Tout du moins, pas intentionnellement. Je pensais surtout au Nombre d’Or (the Golden Ratio).

En art et en architecture, il existe un vieux concept mathématique appelé Nombre d’Or. Son utilisation permet de créer des compositions plaisantes pour l’œil.

On dit que la Grande Pyramide de Giza est l’une des premières utilisations  de cette Divine Proportion (c’est son autre nom, car à l’époque on disait de ce nombre qu’il incarnait la perfection de Dieu). Les grecs ont utilisé cette formule pour construire le Parthénon. Les peintres de la Renaissance l’utilisaient aussi ; ça les aidait à créer des chefs d’œuvres.

En 1854, Adolf Zeising, un philosophe et mathématicien allemand, écrivait :

« [Le nombre d'or est] une loi universelle […] dans laquelle est contenu le principe fondamental de tout effort de formation de beauté et de complétude, dans le royaume de la nature comme dans le domaine de l'art, et qui imprègne depuis les origines, comme un idéal spirituel suprême, toutes les formes et les proportions, cosmiques ou individuelles, organiques ou inorganiques, acoustiques ou optiques, mais qui a trouvé sa plus parfaite réalisation dans la forme humaine. »

Adolf Zeising a donc découvert que ce principe mathématique se retrouvait partout dans la nature et dans le monde qui nous entoure. Il l’a retrouvé dans la constitution des plantes, dans les veines et les nerfs des animaux, et aussi dans leur squelette. Et chez les humains, aussi.

Je me suis souvent demandé s’il n’existait pas une loi similaire pour la construction des histoires, une loi universelle qui les relie toutes. Après des années de contemplation, je suis tombé sur le Golden Theme.

Ce qui me paraît intéressant, c’est pourquoi je n’ai pas immédiatement pensé au Nombre d’Or, car les deux principes sont en réalité les mêmes.

Le Golden Theme est une loi universelle : nous sommes tous les mêmes.

- - - - - - - - - - - - - - -
• quentinlebegue.com
• 200 Movie Challenge
Revenir en haut Aller en bas
http://quentinlebegue.com
arina
Krilin
Krilin
avatar

Messages : 601
Date d'inscription : 05/03/2012
Age : 25

MessageSujet: Re: Invisible Ink de Brian McDonald   Mar 27 Aoû 2013 - 22:00

Merci BEAUCOUP pour les trad !!! :)
Revenir en haut Aller en bas
http://arinakorczynski.blogspot.fr/
dalinn
Vegeta
Vegeta
avatar

Messages : 787
Date d'inscription : 13/01/2011
Age : 24
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Invisible Ink de Brian McDonald   Mer 28 Aoû 2013 - 1:23

Oh la vache. C'est fou comme une phrase peut faire arriver des idées dans votre tête ê_ê c'est qu'il a raison ce monsieur.

Merci merci Quentin pour toutes ces découvertes !
Revenir en haut Aller en bas
kwentin
Moderatatouille
Moderatatouille
avatar

Messages : 290
Date d'inscription : 13/05/2012
Age : 29
Localisation : Paris

Feuille de personnage
Nom ::
Description ::
PV:
7/7  (7/7)

MessageSujet: Re: Invisible Ink de Brian McDonald   Jeu 29 Aoû 2013 - 23:13

Continuation des trad' de The Golden Theme =) :


LE GOLDEN THEME

----------------------------------------------------------------------------------

Chapitre 1 - Le Golden Theme : http://cqfd.bbfr.net/t789p90-invisible-ink-de-brian-mcdonald#33624
Chapitre 2 - Pourquoi j'appelle ça le Golden Theme : http://cqfd.bbfr.net/t789p105-invisible-ink-de-brian-mcdonald#33644

----------------------------------------------------------------------------------


CHAPITRE 3 - LA RÈGLE D’OR


Ne fait pas à autrui ce que tu n’aimerais pas que l’on te fasse.


On nous a tous appris cette Règle d’Or quand on était petit. Et si nous sommes honnêtes envers nous-même, nous ne la respectons pas comme on le devrait. En tant qu’orientaux, on nous a appris que cette règle a une origine biblique, mais il semble que chaque culture en possède un équivalent :


Christianisme :
« Tout ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le vous-même pour eux, car c’est la loi et les prophètes. » - Matthieu, 7 :12

Confucianisme :
« N’est-ce pas le précepte d’aimer tous les hommes comme soi-même ? Ne faites pas à autrui ce que vous ne voulez pas qu’on vous fasse à vous-même. » - Analectes, XV.23

Bouddhisme :
« Ne fais pas aux autres ce que tu considères toi-même comme préjudiciable. » - Udana-Varga, 5,1

Hindouisme :
« Ceci est la somme de toute véritable droiture : traite les autres comme tu voudrais toi-même être traité. Ne fais rien à ton voisin que tu ne voudrais pas le voir faire à ton égard par la suite. » - Mahâbharata, 5,1517

Islam :
« Aucun d’entre vous n’est véritable croyant tant qu’il n’aimera pas pour son frère ce qu’il aime pour lui-même. » - Sunnah

Judaïsme :
« Ce qui t’es haïssable, ne le fais pas à ton prochain. C’est là la loi entière, tout le reste n’est que commentaire. »- Le Talmud, Shabbat, 31a

Taoïsme :
« Considère que ton voisin gagne ton pain, et que ton voisin perd ce que tu perds. » - Tai Shang Kan Ying Pien, 213-218

Zoroastrisme :
« Que la nature (humaine) est bonne seulement lorsqu’elle ne fait pas à autrui ce qui n’est pas bon pour elle-même. » - Dadistan-I Dinik, 94 :5


Certains philosophes ont exprimé la Règle d’Or de cette manière :


Ce que tu veux t’épargner d’endurer, ne l’impose pas aux autres.
– Epictète

Agis comme si la maxime de ton action pouvait être érigée par ta volonté en loi universelle de la nature.
– Kant

Ne fais pas aux autres ce que tu ne veux pas que l’on te fasse.
– Socrate

Chaque religion met en avant le progrès humain, l’amour, le respect des autres, et le fait de partager la souffrance des autres. Toutes les religions ont donc plus ou moins le même point de vue et le même but.
– Le Dalai Lama


La Règle d’Or est une idée très ancienne, qui transcende le temps, les cultures et les religions. La seule conclusion que je peux en tirer, c’est que ce doit être une règle nécessaire pour la survie des humains et pour une coexistence pacifique.

Quasiment toutes les cultures ont leur version du Golden Theme.

- - - - - - - - - - - - - - -
• quentinlebegue.com
• 200 Movie Challenge
Revenir en haut Aller en bas
http://quentinlebegue.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Invisible Ink de Brian McDonald   

Revenir en haut Aller en bas
 
Invisible Ink de Brian McDonald
Revenir en haut 
Page 4 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CQFD 2049  :: What do you REALLY wanna know? :: The Best of the Best-
Sauter vers: